Allenjoie (Doubs)

Les travailleurs de STPI en grève pour les salaires

Brève
19/10/2020

Démarrée mercredi 14 octobre, la grève des travailleurs de STPI (Société de techniques de Propreté Industrielle) se poursuit. Ce lundi matin, ils étaient une cinquantaine, venus de Mulhouse et de Sochaux, à se rassembler devant le siège de l’entreprise à Allenjoie dans la zone industrielle de Technoland pour dénoncer les salaires trop bas et les conditions de travail déplorables. S’ils ont déjà réussi à imposer à leur direction qu’elle embauche deux salariés par tournée à Sochaux, ils refusent tout net la dérisoire proposition d’une prime de 250 euros en 2020 et 2021, et de 500 euros en 2022. Ce qu’ils veulent, c’est une augmentation des salaires et un treizième mois.

STPI est une filiale de Véolia, elle-même société sous-traitante de Peugeot et Faurecia. Pour renouveler son contrat avec ces donneurs d’ordre riches à milliards, le directeur veut rester « compétitif », c’est-à-dire continuer à verser des salaires de moins de 1400 euros pour un boulot harassant : collecter les déchets, plier les cartons vides à la main, les tirer sur des kilomètres dans des containers, transporter les bidons de liquide nettoyant, à quoi s’ajoutent les mesures de désinfection anti Covid sans aide supplémentaire.

L’attitude méprisante de leur direction et celle de Peugeot qui leur a fait barrer l’accès aux ateliers de l’usine de Sochaux où ils voulaient expliquer les raisons de leur mouvement, n’ont fait que renforcer leur colère.

Les dernières brèves