Belfort

Les valets à plat ventre devant General Electric

Brève
15/10/2019

Mardi 15 octobre, le maire de Belfort avec les représentants des collectivités locales, a tenu une conférence de presse.

Ces politiciens proposent de racheter le site de General Electric à Belfort via la société d'économie mixte Tandem, qui gère le patrimoine du grand Belfort. Elles ont déjà transmis une offre au siège américain du groupe pour les 143.000 mètres carrés de bâtiments.

Cette proposition vise à baisser « les coûts de production du groupe », a déclaré le maire de Belfort, accréditant ainsi la fable de GE pour justifier les licenciements.

En contre partie, les collectivités locales « demandent un maintien de 1.400 emplois dans les turbines gaz » ce qui veut dire l’acceptation d’environ 500 suppressions de postes

"Notre but, ce n'est pas de faire un cadeau à General Electric " ose t il déclarer, tout en disant que « General Electric fera 750.000 euros d'économies liés à la taxe foncière », le tout bien sûr payé avec l’argent des contribuables.

Ceux-ci paieront ainsi deux fois : par l’augmentation des impôts et par la diminution de l’argent de la commune et la baisse des services rendus.

Ces politiciens, petits ou grands peuvent se prosterner devant les dirigeants de grands groupes riches à milliards en leur accordant des centaines de milliers d'euros de cadeaux, ceux-ci leur montrent comment ils les considèrent : comme des valets serviteurs politiques de leurs intérêts.

Il est grand temps que se fasse entendre le camp des travailleurs contre ces politiciens à plat ventre.

Les dernières brèves