Ille et Vilaine

Argent et toute puissance

Brève
02/01/2019

Depuis 1976, Une loi restreint le droit de propriété immobilière au nom de l’intérêt général, en obligeant les propriétaires d’un terrain situé sur le littoral à laisser un espace de trois mètres en bord de mer, afin que les randonneurs puissent y passer.

A Saint-Briac, certains propriétaires contestent depuis 40 ans son application : parmi eux, figurent notamment l’héritier d’une grande entreprise de transports routiers (domicilié au Panama), un président de chambre à la Cour des comptes ou encore la famille Forbes, dont sont issus l’ancien secrétaire d’Etat américain John Kerry et l’ex-ministre de l’environnement de Mitterrand, Brice Lalonde qui fut aussi maire de Saint-Briac.

Selon ce dernier : « « Le sentier affectera le bien-être des habitants s’il rase leurs murs et ruine leur intimité. Ceux-là ne pourront s’empêcher d’y voir une confiscation. » !

Mais il se dit aussi inquiet du risque terroriste car il serait alors facile de viser des membres des familles depuis le sentier. Chez ces gens-là, on sait et tricher et délirer.