Rennes (Ille et Vilaine) :  Municipales à Rennes. Valérie Hamon, tête de la liste Lutte ouvrière

Article de presse
23/01/2020

La rennaise Valérie Hamon conduira la liste "Lutte ouvrière - faire entendre la voix des travailleurs" à Rennes

Comme annoncé, Lutte Ouvrière présentera une liste aux élections municipales à Rennes. Elle sera conduite par Valérie Hamon et s’intitulera, comme en 2014, Lutte ouvrière – faire entendre le camp des travailleurs.

Valérie Hamon, 47 ans, a adhéré au parti trotskiste en 1995. Elle en est devenue la porte-parole bretonne. Et, depuis, multiplie les candidatures : en 2004, aux élections régionales ; en 2007, aux législatives ; en 2008 et 2014, aux municipales rennaises ; en 2017, aux législatives ; en 2009 et 2019 aux Européennes… Aux municipales, à Rennes, en 2014, elle avait obtenu 1,69 % des voix.

En grève depuis plusieurs semaines

Cette cheminote revendique une longue carrière d’ouvrière, en CDD et contrats d’intérim, dans l’agroalimentaire, l’électronique ou l’automobile, avant son passage à la SNCF, où elle est devenue conductrice de trains, puis employée dans des ateliers de maintenance.

Depuis plusieurs semaines, Valérie Hamon est en grève et très mobilisée contre la réforme des retraites. Ces semaines de mobilisation ont clairement montré quels sont les deux camps qui s’affrontent dans la société : celui de la grande bourgeoisie, représenté par le gouvernement et toute la hiérarchie de l’appareil d’État ; et le camp des travailleurs, dont une partie s’est mise en mouvement pour se défendre contre cette agression.

Discours révolutionnaire

Le discours est résolument révolutionnaire : Tôt ou tard, l’ensemble des exploités devront engager la lutte contre la grande bourgeoisie qui, aiguillonnée par la crise de son économie, mène une guerre à mort contre les autres classes sociales pour préserver et accroître ses richesses, plongeant dans la misère une fraction croissante de toutes les classes laborieuses.

La liste conduite par Valérie Hamon s’adressera aux travailleurs, chômeurs et retraités, à tous ceux que le capitalisme exploite et opprime. Elle leur permettra d’affirmer leur conviction qu’il ne peut pas y avoir d’oasis locales dans cette société d’exploitation et d’oppression, et que seul le camp des travailleurs peut mettre fin à la dictature du grand capital et de ses mercenaires politiques.