Orléans (Loiret)

Les animateurs en grève et dans la rue

Brève
16/12/2021

Mardi 14 décembre, une centaine d’animateurs, Atsem et agents d’entretien du Loiret se sont rassemblés devant la préfecture d’Orléans, suite à un appel syndical à faire grève pour exprimer leur colère contre le mépris affiché du gouvernement et de leurs directions.

La plupart des animateurs interviennent dans les écoles pour les pauses du midi, le repas, et l’encadrement le soir après l’école ainsi que le mercredi pour les activités périscolaires. Ils sont en permanence au contact avec les enfants et les parents.

Pendant le 1er confinement en mars 2020, ils se sont retrouvés à encadrer les enfants des soignants, des pompiers et policiers et de ceux qui travaillaient, mais cela personne n’en a parlé et ils n’ont eu aucune compensation de salaire, aucune reconnaissance et se sentent méprisés.

Les animateurs en ont aussi assez de la précarité, des bas salaires, des journées de travail fractionnées tout au long de la journée. Ils dénoncent la surcharge de travail, du fait des absences non remplacées avec la baisse des effectifs. Ainsi à l’Aselqo (Animation Sociale Educative et de Loisirs des Quartiers d'Orléans) qui gère 12 centres sociaux, ils étaient plus de 200 en 2000 et ne sont plus que 98 aujourd’hui, condamnés à faire de la garderie. Comme l’a dit l’une d’elles, « les enfants ce n’est pas une marchandise, ils ont une vie et leurs problèmes ».

Les grévistes étaient contents de se retrouver et ont échangé les téléphones pour organiser la suite de la mobilisation sur le département.

Les dernières brèves