Hutchinson - Châlette-sur-Loing (Loiret) :  Les travailleurs ont relevé la tête

Echo d'entreprise
23/02/2022

Les ouvriers de l’usine Hutchinson de Châlette-sur-Loing (Groupe Total) ont fait cinq jours de grève pour exiger 80 euros d’augmentation de salaire.

Ils étaient près de 200 le premier jour, le 15 février. Suite aux débrayages largement suivis de la semaine précédente, le patron avait lâché 50 euros pour les plus bas salaires. Mais pour les grévistes, le compte n’y était pas. Ils veulent leur part, pouvoir vivre dignement de leur salaire, sachant que le groupe Hutchinson a versé 140 millions d’euros à Total, qui lui-même vient d’annoncer 15 milliards de profits.

Malgré le froid, les discussions autour des barbecues ont été nombreuses sur le fait que sans nous, sans notre travail, il n’y a pas de production et que ce n’est que par la grève qu’on peut faire céder le patron. Les plus anciens se rappelaient qu’il n’y avait pas eu de grève depuis 18 ans. Beaucoup attendaient de savoir si les autres usines du groupe allaient se joindre au mouvement.

« On travaille dur mais on reste digne, on veut vivre de notre salaire ». « On n’a pas le chef sur le dos à nous saouler avec la cadence, c’est un moment de liberté ».

Jeudi et vendredi le nombre de grévistes avait baissé, et lundi 21, certains tenaient encore à marquer le coup. Finalement la direction, en plus des 50 euros, a lâché 10,08 euros par mois sur la prime de panier. Même s’ils estiment être encore loin du compte, les grévistes sont fiers d’avoir enfin relevé la tête, de s’être fait respecter face aux bas salaires et au mépris de la direction.