Le Berry Républicain (Cher) :  Bourges voit apparaître une cinquième liste pour les élections municipales, elle est menée par Colette Cordat (Lutte ouvrière)

Article de presse
06/02/2020

Sylvie Cerveau, Colette Cordat, Alain Soula et Lionel Dao. photo Pierrick Delobelle

Colette Cordat sera la tête de liste Lutte ouvrière pour les prochaines élections municipales de Bourges des 15 et 22 mars. Elle sera à la tête d'une liste « représentative de la société et des travailleurs. »

C'est la cinquième liste et formation politique qui se lance dans la course pour les municipales des 15 et 22 mars prochains. Lutte ouvrière (LO) vient en effet d'officialiser son entrée en campagne avec comme tête de liste, une Berruyère bien connue et depuis longtemps dans la lutte politique pour les droits des travailleurs, Colette Cordat.

Ce n'est finalement pas une surprise, tant le parti d'extrême-gauche porté nationalement par Nathalie Arthaud, est à chaque fois présent pour les élections dans le Cher, qu'elles soient municipales ou législatives. Et d'ailleurs, Colette Cordat a déjà été conseillère municipale de Bourges durant deux mandats de l'ancien maire Serge Lepeltier (aujourd'hui La République en marche et à l'époque UDI) de 2002 à 2008 et de 2008 à 2014. Lors des précédentes élections municpales elle avait aussi présenté une liste qui avait recueilli 1,76% des suffrages au premier tour.

Pour ces nouvelles élections de mars prochain, Colette Cordat a bien entendu réussi à réunir une liste « représentative de la société composée d'ouvriers, de retraités, de femmes de ménage, de personnel hospitalier ». Autour d'elle, pour l'annonce de sa candidature, elle était accompagnée de personnes qui portent la parole de Lutte ouvrière depuis plusieurs années à l'image de Sylvie Cerveau (retraitée de la sécurité sociale), Lionel Dao (ouvrier) ou encore Alain Soula (retraité de la RATP).

Pas de « solutions miracles »

Aucunes « solutions miracles » proposées par la liste Lutte ouvrière pour les municipales à venir tout simplement une volonté « de se faire la porte parole de ceux qui n'ont quasiment plus rien face à un capitalisme de plus en plus féroce ». Elle regarde avec une certaine distance les listes actuellement en présence, et notamment celle conduite par l'ancien député Yann Galut (PS, PCF, LFI, EELV, GRS, Génération.s). « Comment pouvoir croire des promesses tenues par des politiciens qui, il n'y a pas si longtemps, faisaient le jeu du pouvoir en place ?, s'interroge Colette Cordat. Nous n'avons pas oublié les ravages sociaux de la loi travail, portée par la ministre El Khomri et par le gouvernement socialiste. Par ces soi-disantes promesses "mon ennemi, c'est la finance" (François Hollande, alors candidat en 2012, avait dit “mon véritable adversaire, c’est le monde de la finance”, NDLR) »

Une nouvelle fois, donc, Lutte ouvrière veut se présenter pour être « un point d'appui pour que les colères qui s'expriment actuellement dans rue puissent s'exprimer dans les urnes ». Colette Cordat pousse ainsi les habitants de Bourges à se saisir du « bon bulletin » les 15 et 22 mars prochains. « Le seul vote qui soit clair et sans ambiguïté pour dire stop à l'arrogance et au mépris de classe, c'est le bulletin Lutte ouvrière ! »

Frank Simon

article en ligne