L'écho républicain :  Quatre candidats Lutte ouvrière pour les législatives en Eure-et-Loir

Article de presse
31/05/2017

Lutte ouvrière, le parti des travailleurs, a présenté ses candidats aux législatives, ce mercredi 31 mai, à Chartres.

Lutte ouvrière (LO) sera représenté par quatre duos paritaires aux législatives des dimanches 11 et 18 juin, en Eure-et-Loir.

1/ Circonscription de Chartres

Marie-José Aubert, Chartraine de 62 ans, enseignante en lycée professionnel bientôt retraitée et « militante historique », selon ses camarades, a pour remplaçant Thierry Lucas, 62 ans, ouvrier retraité de la métallurgie.

2/ Circonscription de Dreux

Luc Viry, 42 ans, professeur des écoles et habitant de l’agglomération, se présente en compagnie de sa remplaçante, Karine Graffeuil, 47 ans, enseignante pour les élèves en difficulté, dans le quartier de Beaulieu.

3/ Circonscription de Nogent-le-Rotrou-Lucé

Le candidat titulaire est Vincent Chevrollier, professeur des écoles chartrain, 46 ans, et sa remplaçante Stéphanie Delile, 44 ans, éducatrice spécialisée à Chartres.

4/ Circonscription de Châteaudun

Anne-Laure Assayag, enseignante parisienne de 36 ans, est candidate avec son remplaçant Fabrice Miral, éducateur.

Leur candidature repose sur une « idée d’avenir : l’organisation et la défense des travailleurs. » Vincent Chevrollier affirme : « Le Parlement sera toujours au service du patronat, l’élection ne changera pas cela. » Marie-José Aubert renchérit : « L’histoire montre que ce sont les luttes offensives qui ont fait changer les choses. »

Solidaires des travailleurs d'Eure-et-Loir

Ils ont l’intention faire entendre leur voix et d’être solidaires « des travailleurs euréliens, des salariés agricoles aux ouvriers, comme par exemple ceux de Novo Nordisk ». Ils se disent aussi « internationalistes, contre toute forme de protectionnisme ». Tous estiment que leurs idées et leur parti a gagné en notoriété après la présidentielle, à travers, notamment, "les passages remarqués de Nathalie Arthaud" à la télévision. Vincent Chevrollier affirme : « Il y a pas mal de gens qui en ont ras-le-bol et qui ont une réaction positive face à notre discours. »

Réunions publiques :

Mercredi 7 juin  à 19 heures :

- au Centre Saint-Jean de Dreux

- à la salle Jean-Delabrouille, à Châteaudun

Jeudi 8 juin

- à 19h30, salle B2 des abbayes Saint-Brice, à Chartres