Le Berry Républicain (Cher) :  Régis Robin et Martine Legoux, candidats LO "au plus près des travailleurs"

Article de presse
18/05/2017

Régis Robin est candidat pour Lutte ouvrière dans la deuxième circonscription, avec sa suppléante Martine Legoux, Atsem retraitée.

Il est fidèle au combat. Régis Robin, professeur d’histoire retraité, repart en campagne pour « faire entendre le camp des travailleurs ». Actif sur les marchés, aux portes des entreprises, « au plus près des travailleurs « qui s’attendent à des attaques dures du gouvernement de Macron », estime le candidat.

Pour Régis Robin et Martine Legoux, « la première raison de notre candidature, c’est de dire que la seule arme de la classe ouvrière pour s’opposer aux attaques à venir, c’est l’organisation et la lutte collective. »

« L’abandon de la solidarité »

Les deux militants de longue date du parti d’extrême gauche, « le seul parti communiste », constatent aussi « l’abandon, par un nombre croissant de travailleurs, de toutes les valeurs du mouvement ouvrier, l’abandon de la solidarité entre travailleurs, l’abandon de l’internationalisme pour le chauvinisme et l’abandon du drapeau rouge pour le drapeau bleu, blanc, rouge, avec le vote pour le Front national ».

Lutte ouvrière en appelle donc aux ouvriers, aux retraités, aux chômeurs « conscients de leur intérêt de classe ». Régis Robin et Martine Legoux revendiquent « un salaire minimum et des pensions de 1.800 euros net par mois, l’interdiction des licenciements et la répartition du travail entre tous pour mettre fin au chômage ».

En 2012, Lutte ouvrière avait réuni 1,66 % des suffrages à Vierzon et 1,2 % sur la circonscription. Un résultat qui n’entame pas les convictions des deux représentants du parti de Nathalie Arthaud.

En plus de leur présence sur les marchés, dans les quartiers et aux portes des entreprises, les candidats tiendront une réunion publique le mardi 30 mai, à 18h30, salle 4 du marché au Blé, à Vierzon. Une réunion avec tous les candidats LO est par ailleurs prévue à Bourges le 8 juin.

Céline Chouard

Article en ligne