Le lanceur d’alerte avait raison

50 000 euros d’amendes requis contre ArcelorMittal

Brève
02/06/2019

ArcelorMittal a comparu au tribunal de Thionville lundi dernier pour « gestion irrégulière de ses déchets ». Arcelor a nié malgré les charges nombreuses qui pèsent contre lui. Les vidéos du lanceur d’alerte Karim Ben Ali sont « peut-être une mise en scène » a osé affirmer l'avocat du groupe sidérurgiste.

Depuis 2015 pourtant, la direction régionale de l'environnement (Dreal) a mis en demeure ArcelorMittal de régulariser la gestion du crassier. La présence d'au moins vingt types de boues jugées dangereuses avait été signalée, ainsi que des métaux lourds (arsenic, fer, cyanure...) D'ailleurs, ce même crassier ne devait plus être exploité, la quantité maximale de stockage des déchets (38 000 tonnes) étant dépassée depuis longtemps.

Le procureur a requis une amende de 50 000 euros contre ArcelorMittal, qui, lui, a plaidé la relaxe.

Les grands groupes industriels croient avoir tous les droits : de fermer des usines, de polluer. Les capitalistes sont des irresponsables et ils mènent la société dans le mur.

 

Les dernières brèves