Sucrerie de Bazancourt

Un jugement bien trop clément

Brève
05/03/2019

Pour leur responsabilité dans la mort de deux ouvriers le 13 mars 2012, le patron de l'entreprise Cristanol qui exploite le site, et celui de l'entreprise sous-traitante, Carrard, qui a recruté les cordistes ont été condamnés à 6 mois de prison avec sursis et 15 000 € d'amende.

Certes, ils sont condamnés, mais c'est une satisfaction bien mince quand on se rappelle qu'un autre ouvrier est mort dans les mêmes circonstances en juin 2017. Pour d'autres faits, on aurait parlé de criminels récidivistes.

Pour la justice aujourd'hui, il est moins grave de sacrifier des ouvriers sur l'autel du profit que, par exemple, d'être arrêté en manifestant pour vivre dignement de son travail.