DNA-L'Alsace :  Lutte ouvrière fait entendre la voix des travailleurs

Article de presse
26/02/2020

La liste conduite par Julien Wostyn réunit des travailleurs de divers services et entreprises. Photo L'Alsace /Darek SZUSTER

C'est la troisième fois que Julien Wostyn, de Lutte ouvrière, se présente aux élections municipales. Pour sa liste « Faire entendre le camp des travailleurs », « il a été assez facile de convaincre les candidats.

La moitié des anciens de la précédente élection sont encore là. Les autres ont été rencontrés dans le milieu des sympathisants et pendant la mobilisation contre la réforme des retraites.

» Services publics attaqués

La liste est composée de travailleurs d'entreprises et services variés : ouvriers de l'automobile, de la chimie, du bâtiment, infirmiers, agents d'entretien, demandeurs d'emploi, retraités... Pour eux, porter la voix des travailleurs « veut dire quelque chose.

Seule la bourgeoisie est habituellement entendue. Nous, nous voulons exprimer la voix de ceux qui font vraiment fonctionner la société. Quel que soit le travail, nous sommes attaqués.

Les travailleurs ont envie de dire qu'ils ne se résignent pas. On défend nos intérêts pendant les mouvements sociaux mais aussi pendant les élections. Pour nous, la campagne est un moment de regroupement autour d'un programme. C'est un moment militant. Nous faisons de petites réunions dans le milieu de chacun des candidats pour parler de l'intérêt de ces élections. »

Julien Wostyn reste pourtant lucide. « Les problèmes du monde du travail ne peuvent pas se régler au niveau d'une commune. Il y a des attaques dans tous les services publics : les transports, la santé, l'enseignement. À Mulhouse, l'hôpital, qui est le premier employeur, est victime d'une politique de saccage scandaleux que je tiens à dénoncer. Le maire est le président du conseil d'administration. Il peut, soit accompagner cette politique de saccage, soit défendre les emplois pour défendre les services utiles à la population. »

Point d'appui des revendications

La liste « Faire entendre le camp des travailleurs » veut être un point d'appui pour ceux qui ont des revendications. « Nous voulons être avec ces gens-là », en s'affichant clairement, contrairement à d'autres candidats qui « masquent leur étiquette politique pour ne pas être associés aux partis qui sont actuellement aux affaires et qui attaquent les classes populaires. C'est ce qui nous différencie. À Mulhouse, un tiers de la population vit sous le seuil de pauvreté. Nous remettons en cause la dictature du capitalisme qui nous entraîne vers la misère. Cette élection ne changera pas ça, mais elle nous permet de nous exprimer. »

Isabelle LAINÉ

© L'alsace, Mercredi le 26 Février 2020 Droits de reproduction et de diffusion réservés