Transmanche

DFDS a de quoi maintenir l’emploi et les salaires de tous

Brève
21/09/2020

En août, la compagnie de ferries DFDS a annoncé la suppression de 142 postes, dont la majeure partie concerne les navigants sur les lignes de Calais et de Dieppe. La compagnie justifie les licenciements par des difficultés financières dues à la crise sanitaire. Le coronavirus a bon dos. Bien sûr le trafic a baissé. Mais les millions de profits qu’elle a encaissés les années précédentes, comme tous les requins du Transmanche, n’ont pas coulé dans le Détroit. DFDS a largement de quoi payer !

Avec le confinement, la compagnie a continué à exploiter ses salariés. Alors qu’un tiers des effectifs était présent, surtout des navigants, elle leur a imposé un alourdissement de la charge de travail, une augmentation des cadences et de la polyvalence pour des tâches pour lesquelles ils ne sont pas qualifiés. Manque de sécurité, stress et fatigue, voilà ce qu’engendre le sous-effectif sur les ferries.

La compagnie paie le même salaire pour un personnel en activité qui fait plus de travail. Quant au chômage partiel auquel ont été contraints deux tiers des salariés, c’est l’État qui finance, c’est-à-dire nos impôts !

Les dernières brèves