Camaïeu

Il n’y a pas de bon repreneur, les travailleurs ont intérêt à défendre leur peau

Brève
14/09/2022

Depuis le mois d’août, l’entreprise Camaïeu (siège, entrepôts et magasins) est placée en redressement judiciaire. L’actionnaire principal, Ohayon, n’a pas payé les loyers des dizaines de magasins depuis des mois. La trésorerie de l’entreprise serait à sec.

Des centaines d’emploi sont menacés sur les 2600 travailleurs que compte actuellement le groupe, au siège à Roubaix et dans les magasins.

Le capitaliste Ohayon avait repris Camaïeu en redressement judiciaire en 2020. Les travailleurs ont fait l’amère expérience qu’il n’y a pas de « bon repreneur ». Les capitalistes se présentent au chevet de Camaïeu et ne désirent qu’une chose : pomper le maximum de profits sur les employés, pomper le maximum de subventions de l’État, sous couvert de reprise, et accroître au maximum leur fortune personnelle. Et Camaïeu est pour eux la poule aux œufs d’or. Ohayon a vu ainsi augmenter sa fortune personnelle, rien qu’en 1 an, de 200 millions d’euros pour atteindre 1,1 milliard d’euros estimée en juillet 2022.

Les 2 600 travailleurs de Camaïeu auraient la force, par leur mobilisation et leur organisation, de reprendre une partie de ce qu’Ohayon leur a volé. Pas un travailleur ne doit se retrouver à la rue.

Les dernières brèves