Tuberie Vallourec - Saint-Saulve

Les patrons voyous veulent fermer l'usine

Brève
19/05/2022

La multinationale Vallourec (plus de 3 milliards de chiffre d'affaires, en hausse l'année passée) a annoncé hier 3 000 licenciements dans le monde dont 250 dans le Nord avec entre autres la fermeture de la tuberie de Saint-Saulve. Il y a encore 10 ans, plus de 1 500 salariés travaillaient sur ce site, mais il a été progressivement découpé et liquidé, au fil des plans de licenciement successifs.

L'État (actionnaire de Vallourec) et les collectivités territoriales ont été complices de chacune de ces opérations, n'hésitant pas à ouvrir le portefeuille pour arroser les patrons licencieurs. Aujourd'hui encore, Xavier Bertrand, qui fait mine de s'indigner, veut rencontrer les patrons pour faire mine de demander des comptes !

Les politiciens de gauche comme de droite se sont régulièrement succédé devant l'usine afin de jurer la main sur le cœur qu'ils sauveraient l'usine. Aujourd'hui même le parti communiste en appelle à la nouvelle première ministre pour "sauver ce fleuron industriel". On voit le pouvoir dont tous ces politiciens disposent. Ils pleurnichent et se prosternent devant le pouvoir des grands propriétaires.

La mise en concurrence des sites, les sacrifices imposés pour "éviter la fermeture" n'auront été que des prétextes pour presser les salariés jusqu'à la fin. C'est une douloureuse leçon pour ceux qui vivent aujourd'hui les mêmes menaces. Il n'y a aucune raison d'accepter de tels reculs car entre les promesses et les calculs cyniques des actionnaires il y a un monde.

Seul un réveil collectif du monde du travail et des luttes massives pour contester le pouvoir des patrons peuvent mettre un terme à ces fermetures en séries.

Les dernières brèves