Oise-Hebdo :  Lutte Ouvrière veut imposer un salaire minimum de 1800 euros

Article de presse
22/05/2019

Européennes –LO

Vendredi 17 mai, à l’Espace Pré-Martinet, Renée Potchtovik, candidate de la liste Lutte Ouvrière emmenée par Nathalie Arthaud et Jean-Pierre Mercier, a exposé son programme devant les sympathisants de Lutte Ouvrière.

« Les plus gros capitalistes du pays ont déboursé en un claquement de doigts un milliard pour Notre-Dame, mais le gouvernement répète qu’il n’a pas d’argent pour répondre au cri d’alarme lancé depuis six mois par les gilets jaunes et à celui des services d’Urgences de plus de 50 hôpitaux dans le pays dont celui de Beauvais ! » a-t-elle déclaré.

« Il n’a pas d’argent pour les travailleurs, mais les coffres du grand capital sont pleins à craquer ! 87 milliards pour les bénéfices du CAC 40, de quoi créer 2,2 millions d’emplois à 1800 euros, toutes charges comprises !

Alors, l’enjeu n’est pas entre l’Union Européenne et le repli protectionniste ! Il est entre le grand patronat et le monde du travail.

Dans cette élection, au-delà des simples résultats, voter Lutte Ouvrière signifiera opter pour un programme de lutte de grande ampleur contre le capital : imposer l’interdiction des licenciements et le partage du travail entre tous sans perte de salaire, imposer un minimum de 1800 euros par mois pour les salaires, pensions et allocations, et imposer le contrôle des travailleurs sur la gestion des grands groupes capitalistes » !

Propos recueillis par G.M.