Incendie de Notre-Dame

Des risques négligés pour les travailleurs

Brève
11/08/2019

Le chantier de Notre-Dame de Paris a été suspendu jusqu’au 12 août par la préfecture d’Île-de-France, par mesure de précaution pour les salariés travaillant sur le site. Il était plus que temps.

Lors de l’incendie de Notre-Dame, plus de 400 tonnes de plomb, provenant de la fameuse flèche de la cathédrale qui a fondu, se sont répandues sur des kilomètres à la ronde. L’intoxication au plomb peut provoquer chez les très jeunes enfants le saturnisme, une dégénérescence du cerveau, et chez les adultes des cancers ou des troubles de la reproduction.

Mais jusqu’à présent, pour l’ARS et la mairie de Paris, il était inutile de s’inquiéter. Aucune mesure n’a été prise pour les pompiers qui sont intervenus sur le site, ni pour les balayeurs ou les bouquinistes qui travaillent aux alentours de Notre-Dame. 

L’exposition médiatique du chantier de Notre-Dame ont mis en lumière l’absence de sécurité pour les travailleurs et les riverains de Notre-Dame. Mais quand il s’agit de chantiers qui sont beaucoup moins sous le feu des projecteurs, c’est bien pire.