Victimes de la répression - Gennevilliers

Des témoignages poignants

Brève
04/05/2019

Dimanche 28 avril, des gilets jaunes ont organisé une conférence de presse à la Ferme de l’horloge à Gennevilliers. Une vingtaine de blessés graves depuis le début du mouvement étaient présents. Pour beaucoup, ce sont des jeunes qui se sont retrouvés handicapés pour la vie, comme ce plombier de 30 ans incapable de continuer dans son métier après avoir perdu une main.

Les gilets jaunes présents à Gennevilliers avaient eu connaissance de 22 personnes éborgnées et de cinq personnes ayant eu une main arrachée. Parmi les blessés du 20 avril à Paris, par exemple, les secouristes ont dénombré 33 personnes touchées par des tirs de LBD, et 23 atteintes par des grenades explosives de désencerclement ou des GLI F4 (grenades lacrymogènes instantanées).

La justice ? Plusieurs blessés ont tenté de porter plainte mais, comme par hasard, les caméras de surveillance étaient en panne, et plusieurs procédures restent sans suite. Cette conférence de presse a eu au moins le mérite de révéler crûment les violences dont ont été victimes les manifestants, et de dire que ceux-ci n’avaient pas l’intention de se taire.