Foyer Bara - Montreuil :  Non à l'expulsion ! Soutien à la réquisition des bâtiments de l'ex-AFPA !

Communiqué
30/10/2018

Le vendredi 19 octobre le tribunal administratif ordonnait l’évacuation des locaux de l’AFPA réquisitionnés par la mairie de Montreuil. Saisi par l’Etat, le tribunal ordonnait que les plus de 220 travailleurs africains de l’ex-foyer Bara qui s’y étaient installés quittent les lieux sous 8 jours.

Ce gouvernement des riches et la justice de classe ne tolèrent pas que l’on puisse mettre en cause le droit de propriété, à l’inverse le droit des travailleurs à un logement digne n’a à leur yeux aucune valeur.

Depuis des décennies les travailleurs africains du foyer Bara étaient contraints de vivre dans des chambres et des locaux insalubres. Les projets de démolition du foyer ont été le prétexte pour les propriétaires et l’État de refuser d’investir le moindre centime pour l’entretien et la réfection des locaux, laissant pourrir la situation.

Fin septembre le maire PCF de Montreuil Patrice Bessac a décidé de dénoncer cette situation en procédant au relogement et à la réquisition d’un bâtiment, vide depuis des années, ayant abrité l’AFPA (possession de L'État). Une décision de justice élémentaire qu’on ne peut que soutenir.

Face à la décision inique de l’État de procéder à l’expulsion et à l’annulation du décret de réquisition, les travailleurs de Bara sont décidés à ne pas se laisser faire.

La Mairie appelle la population à exprimer sa solidarité et à exiger l’application de loi de réquisition. Lutte Ouvrière est pleinement solidaire de ces exigences.

Lutte ouvrière exprime tout son soutien à ces travailleurs, à leur lutte et réaffirme que le droit à un logement digne pour tous doit s’imposer au droit de propriété

                                                                                                                                                            25 octobre 2018