La Réunion :  Girardin est revenue faire son show

Communiqué
21/03/2019

Quatre mois après son dernier passage à La Réunion, la ministre de l’Outremer Annick Girardin, reste sourde aux problèmes que les travailleurs, les chômeurs, les retraités lui ont pourtant crié fort dans les oreilles au mois de novembre.

En réponse aux classes populaires qui réclament l’augmentation du pouvoir d’achat et la création d’emploi, Girardin n’a fait qu’égrener les quelques mesurettes annoncées par Macron au mois de décembre sur la prime d’activité, le relèvement du minimum vieillesse, de la complémentaire santé ou encore l’annulation de l’augmentation de la CSG sur les retraites.

Ces mesures qui seront financées en grande partie par les travailleurs eux-mêmes, ne représentent que quelques euros de plus dans leurs poches par mois, qui seront vite engloutis par la hausse des prix et des taxes comme ceux du carburant et du gaz qui ont grimpé respectivement 5 et 53 centimes le 1er mars.

Les promesses du gouvernement aux travailleurs et aux plus pauvres sont à l’image du « bouclier qualité-prix » : un panier percé !

En revanche, en ce qui concerne le grand patronat de La Réunion, Girardin a apporté dans sa besace des cadeaux qui se comptent en centaines de millions d’euros pour dès ce mois-ci avec effet rétroactif au 1er janvier 2019 : Zéro charges sur le Smic, abattement d’impôt jusqu’à 80 %, poursuite de la défiscalisation jusqu’au moins 2025, etc.

Comme toujours, le gouvernement fait mine d’écouter les travailleurs mais répond aux suppliques du patronat !

C’est donc contre ce dernier que les travailleurs doivent se retourner pour obtenir notamment le Smic à 1800 euros et 300 euros d’augmentation immédiate sur le salaires, les pensions, les minimas sociaux !

Jean Yves PAYET, porte-parole de Lutte ouvrière La Réunion, candidat à l'élection européenne

Jean Yves PAYET