La Réunion :  Les salariés de la Clinique de la Paix ont raison de se battre !

Communiqué
04/01/2017

Lutte ouvrière apporte son soutien aux employés de la Clinique de La Paix de Saint Benoît, appartenant au groupe Clinifutur,  qui ont entamé ce lundi leur quatrième semaine de grève.

Aides-soignants, infirmiers, employés administratifs et techniques sont déterminés à poursuivre leur mouvement pour des augmentations de salaire  et de meilleures conditions de travail.

Les dirigeants de Clinifutur mettent en avant un soi-disant déficit de la Clinique de La Paix pour ne rien lâcher aux salariés qui réclament 250 euros en plus sur des salaires qui sont proches du Smic, même avec plus de 20 ans d'ancienneté.

Ce groupe possède plusieurs établissements à La Réunion, à Mayotte, en France et y compris au Tchad. Où passent les fonds publics versés par l'ARS ? À qui profite l'argent du CICE, les économies faites grâce aux lois Fillon ou à la zone franche urbaine ? Combien les actionnaires perçoivent-ils sous forme de dividendes ? Voilà ce qui doit être rendu public.

Depuis le début du conflit le 12 décembre la direction de cet établissement campe sur une attitude méprisante et provocatrice. Ne voulant rien céder sur les revendications des grévistes elle leur a même intimé de reprendre le travail sans « conditions préalables » . Mal lui en prend car les grévistes tiennent bon !

Les nombreux témoignages de solidarité et de soutiens financiers de la part des autres salariés du groupe de Clinifutur, malgré les menaces et les pressions de leur direction commune, mais aussi des travailleurs d'autres entreprises (commerce, BTP, Port et Docks, etc) sont un signe d'encouragement aux grévistes à continuer leur combat qui est légitime.

Par leur lutte, les travailleurs de la Clinique de La Paix montrent la voie à suivre.

Jean-Yves PAYET