La Réunion :  Les travailleurs hospitaliers on raison de se battre !

Communiqué
09/10/2018

L’annonce par l’ARS et le CHU du contenu de la soi-dansant compensation de la suppression de l’indexation de leurs primes, a provoqué la colère des personnels des hôpitaux qui se sont mobilisés massivement contre ce coup d’arnaque du gouvernement.

Les agents du CHU ont fait grève car le compte n’y est pas !

Non seulement la mesure du ministère de la santé prévoit la fin progressive de l’indexation pour les employés en fonction, mais celle-ci est carrément supprimée pour les nouveaux embauchés.

Avec cette nouvelle attaque du gouvernement, les salariés vont perdre entre 50 et 700 euros par mois sur leurs salaires.

Pour justifier la suppression de l’indexation sur les primes, le gouvernement a déclaré que celle-ci était illégale.

Quand il s’agit de faire des cadeaux par milliards aux plus riches, le gouvernement trouve le moyen de fabriquer des lois sur mesure et dans l’urgence !

Il est capable de répondre favorablement aux patrons qui demandent, par exemple, à continuer à bénéficier de cette invention inouïe qu’est la TVA non perçue mais récupérable (!) ou à toucher son équivalent, voire plus !

Mais quand il s’agit des fonctionnaires hospitaliers, il découvre le caractère « illégal » de leur prime qui existe depuis des décennies... pour la supprimer !

Tous les gouvernements qui passent s’attaquent aux prétendus « privilèges » des fonctionnaires  qu’ils ont acquis grâce à leurs luttes, notamment par la grève de 62 jours en 1953.

En s’en prenant aux hospitaliers, le gouvernement s’en prend à toutes les couches populaires de l’île, car ces pertes de revenus sont du pouvoir d’achat en moins pour tous. Et parce que cette attaque du gouvernement en prépare d’autres sur ce même terrain, dans les autres catégories de la fonction publique.

Les travailleurs de l’hôpital ne doivent pas perdre un seul centime sur leur salaire !

 

Lutte ouvrière soutient la lutte des agents hospitaliers.

 

Jean-Yves PAYET