La Réunion :  Macron reçoit les maires des DOM : écoeurante mascarade !

Communiqué
04/02/2019

 Pour que le « grand débat national » se substitue, dans les médias, au mouvement des gilets jaunes, Macron et ses ministres en font des tonnes. La mise en scène est soignée, avec des débats de plusieurs heures, où, en bras de chemise, ils écoutent patiemment et prennent des notes… Le tout, retransmis en direct à la télévision.

Le cinéma tourne parfois court, comme lors de cette réunion avec des maires d’outre-mer où Macron s’est exaspéré des trop nombreuses interventions de ceux qu’il appelle avec condescendance « les enfants »…

Les maires qui se sont rendus à son invitation savaient pertinemment à qui ils avaient affaire et à quoi s'attendre. Ils ont participé à une mascarade qui a duré sept heures.

Ils se sont plaints de leur manque de moyens financiers et ils ont eu pour toute réponse de gérer avec ce que l'État leur donne, et pas plus.

Depuis des décennies, le pouvoir central dilapide l'argent public par milliards pour le distribuer en pure perte au patronat. Il n'a donc plus d'argent à donner aux communes et aux régions. Leurs pleurnicheries, il n'en a rien à faire.

Au nom de la compétitivité, toutes les entreprises suppriment les emplois, font pression sur les salaires, aggravent les cadences et la flexibilité. Et cela vaut aussi pour les services publics, pour la poste, les hôpitaux que l’État ne peut plus financer correctement parce qu’il consacre de plus en plus d’argent à soutenir le grand capital dont le rouleau compresseur écrase le monde du travail.

Quand au nom d’une soi-disant lutte contre la vie chère Macron déclare aux maires être d'accord pour lutter contre les monopoles, en restant partisan comme eux de la concurrence, cela débouche sur la loi du plus fort, donc sur le monopole de quelques uns ! Macron et les maires nous racontent des contes à dormir debout.

Pour Macron et bon nombre d'élus présents, il n'est pas question de toucher aux super profits des capitalistes. Mais ils ciblent la « sur rémunération » des fonctionnaires qui continuent à les lanciner !

Les travailleurs, les chômeurs et les retraités n'ont qu'un moyen de s'en sortir, c'est la lutte collective, c'est de bloquer toute l'économie par la grève pour obtenir leur dû. Ils représentent la seule force sociale capable de faire reculer Macron et le grand patronat.

Jean Yves PAYET, porte-parole de Lutte ouvrière La Réunion, candidat à l'élection européenne

 

Jean Yves PAYET