Lille

La situation des exilés fortement aggravée par le confinement

Brève
29/03/2020

Les personnes exilées survivaient habituellement soit grâce à des petits boulots, soit grâce à l’aide d’associations caritatives. Avec le confinement, leur situation s’est fortement aggravée car leurs maigres sources de revenus se sont souvent taries.

Dans nombre de foyers d’accueil, ces exilés ne reçoivent qu’un repas par jour, souvent de mauvaise qualité par manque de moyens. Ils ne peuvent même plus se ravitailler à l’extérieur comme ils le faisaient auparavant pour compléter leur alimentation. D’abord parce qu’ils n’en ont plus les moyens financiers et aussi parfois parce qu’il ne leur est pas fourni d’attestation dérogatoire de déplacement.

Les associations qui aident toute l’année les personnes précarisées ont aussi de grosses difficultés : leur personnel est épuisé et les bénévoles, souvent âgés, doivent se protéger du virus.

Quant aux initiatives individuelles, elles peuvent se heurter au fait qu’aucune des cases de l’attestation n’autorise une sortie de chez soi pour venir en aide dans le cadre d’une association. L’assistance à personne vulnérable peut être restreinte au cadre familial, selon le gendarme ou le policier qui contrôle les déplacements.

Les injustices profondes de la société capitaliste, déjà criantes, sont encore plus aiguës en cette période de confinement imposé par le gouvernement.

Les dernières brèves