Évreux (Eure)

Usine Compin : tête haute devant le patron

Brève
04/11/2022

Les travailleurs de cette entreprise de 113 salariés, fabriquant des sièges de train ou de métro, ont appris il y a deux mois la décision de la direction de licencier 55 d'entre eux le 2 novembre, avec le montant minimum légal pour indemnité.

Depuis, les travailleurs avec les militants CGT, seul syndicat dans l’usine, ne sont jamais restés l’arme au pied.

Le mardi 25 octobre, un peu plus de la moitié des travailleurs de l'usine se sont mis en grève et la production a été stoppée. Ils ont tenu un piquet de grève devant l'usine durant trois jours. Les élus CGT, que la direction a été forcée de recevoir au 3e jour de grève, venaient rendre compte, au fur et à mesure de la réunion, de la situation et faire voter les travailleurs. Leur manifestation du jeudi 27 octobre, dans la zone industrielle, a donné à ces travailleurs le sentiment d'être une force.

La direction de Compin s'est sentie contrainte de proposer le report de quinze jours des licenciements prévus, avec un engagement sur un protocole de discussions et le paiement de deux jours de grève sur trois ! C'est avec le sentiment de s'être fait respectés par la direction que les travailleurs ont repris le travail.

Le répit de quinze jours imposé par la grève, les salariés de Compin sauront l’utiliser pour se préparer à se défendre collectivement, en comptant sur leurs armes de travailleurs, face à une direction qui ne fera aucun cadeau.

Les dernières brèves