Tribune du candidat Pierre Casevitz dans l'hebdo Liberté, CAEN :  Que manque-t-il à Caen pour y vivre mieux ? Vous avez carte blanche

Article de presse
12/03/2020

Ma priorité c'est de dire la vérité aux travailleurs : dans cette économie en crise, où un nouveau krach financier menace d'éclater à tout moment, on ne peut pas mettre en place une "bulle de bonheur" municipal. La guerre que mènent les grands patrons pour augmenter leur marge malgré la crise va continuer, et ceci quel que soit le gouvernement, et sans que la politique de la Mairie n'y change rien. On le voit sur le terrain des retraites. Sarkozy a repoussé la retraite à 62 ans, Hollande allongé la durée de travail à 43 ans, Macron veut baisser les pensions de tous et repousser le départ à 65 ans, voire plus. Les grèves et les manifestations ont montré qu'il y avait deux camps : la classe ouvrière face à la classe capitaliste et ses larbins politiques.

La colère est là, dans les couches populaires. Le mouvement des gilets jaunes l'a exprimée, les mobilisations contre la réforme des retraites aussi, et les choses ne changeront que quand cette colère se généralisera massivement et activement, mobilisant l'ensemble du monde du travail. Pour défendre les intérêts des travailleurs, il faut se saisir de toutes les occasions, et les élections municipales en sont une : c'est ce qu'il y a de mieux à en attendre. Alors voter pour la liste "Lutte ouvrière – Faire entendre le camp des travailleurs" conduite par Pierre Casevitz, c'est préparer les combats à venir contre le grand capital.

Droits de reproduction et de diffusion réservés © transmis par le candidat