Les nouvelles de Falaise :  Tribune du candidat Michel LANGEVIN

Article de presse
12/03/2020

Si vous êtes élu maire, que pensez-vous pouvoir faire pour défendre l'hôpital et le désert médical ?

 

L’hôpital de Falaise vient de perdre le service de la cuisine après avoir perdu la maternité. Cette décision scandaleuse va dans le sens d’une politique nationale où l’on demande aux hôpitaux d’être rentables. C’est une logique comptable, où il faut faire des économies sur la santé des gens.

Le gouvernement et ses sbires expliquent cyniquement qu’il n’y a plus d’argent dans les caisses de l’État et qu’on doit faire des sacrifices pour l’avenir. Ce n’est pas la honte qui les étouffe. En 2018, les entreprises du CAC 40 ont versé 87 milliards d’euros à leurs actionnaires : cette somme permettrait de construire 250 hôpitaux. Le problème, ce n’est pas un manque d’argent. Le problème, c’est que le gouvernement est à genoux devant les gros actionnaires et les banquiers, quitte à sacrifier notre santé et celle de nos proches.

Bien sûr, le maire n’a pas le pouvoir d’empêcher la fermeture d’un service de l’hôpital, mais il doit se faire le porte-drapeau de notre colère quand on attaque l’hôpital. Partout en France, l’État ferme des services et même des hôpitaux entiers : le maire pourrait demander le soutien d’autres élus afin de créer des liens entre ceux qui luttent partout dans le pays, il pourrait mettre à disposition gratuitement des moyens logistiques (cars, locaux, etc.) et juridiques gratuits pour que la lutte prenne de l’ampleur à l’échelle régionale ou nationale. Il devrait travailler avec les syndicats et les associations. La municipalité afficherait ainsi clairement son soutien aux travailleurs.

Droits de reproduction et de diffusion réservés © transmis par le candidat