Présentation de candidat

Antoine Colin, candidat face au maire capitaliste

Brève
11/03/2020

Connue des touristes pour son centre-ville historique, La Rochelle compte de grandes cités ouvrières comme celle où je vis, Villeneuve-les-salines, où le taux de chômage atteint 32 %.

Le maire actuel, Jean-François Fountaine, se représente, avec le soutien de LREM et du PS. C’est aussi l’un des plus gros capitalistes de la région, employant près de 2 000 salariés dans ses trois usines de construction de navires de plaisance, qui affichaient 30 millions d'euros de bénéfices l'an dernier. Les conditions y sont dures, les rythmes intenses occasionnant des accidents de travail à foison, dont une chute mortelle chez un prestataire en 2019. Le maire se vante d’être « écolo » et de se déplacer à vélo. Mais ses salariés – et les riverains – respirent des vapeurs de solvants à longueur de journée, alors que des postes de travail disposent d’une aspiration largement insuffisante. À l’issue d’une récente grève pour les salaires – très bas – Fountaine-Pajot a mis fin au contrat de quatre intérimaires grévistes, pourtant très qualifiés, et promis à l’embauche.

À un récent débat entre têtes de liste, j’ai pu dénoncer cette politique à la face du maire, mis devant ses contradictions alors qu’il prétend avoir du mal à trouver de la main d’œuvre qualifiée. Celui-ci, mécontent d’être mis en accusation devant 300 personnes – dont beaucoup de ses obligés –, et les journalistes, m’a interrompu d’un « vous arrêtez », se croyant sans doute dans son entreprise. Cet éclat peu à son avantage a opportunément disparu de la vidéo du débat…

Lors du débat, j’ai pu aussi dénoncer les belles phrases du maire sur le handicap alors que des handicapés doivent ramper dans les escaliers en s’accrochant à la rampe chaque fois que leur vieil ascenseur tombe en panne. J’ai dénoncé les 55 millions utilisés pour agrandir le port de plaisance, au grand profit des entreprises nautiques, et qui manquent aux HLM. J’ai aussi dénoncé les attaques du maire et de ses alliés, le député Falorni et le Vert Soubeste – maintenant concurrents dans l’élection – contre les travailleurs territoriaux, à qui ils ont imposé, malgré une lutte d’un an, de travailler plus pour le même salaire. »

Les dernières brèves