Parcub (Bordeaux)

Des réorganisations qui ne passent plus

Brève
02/12/2019

photo Sud Ouest

Plus de 50 employés de PARCUB, la régie de stationnement de la Communauté Urbaine de Bordeaux, étaient en grève ce lundi 2 décembre, et se sont rassemblés aux entrées du parking Mériadeck pour faire entendre leur colère aux usagers des parkings de la ville.

Leur direction a décidé de supprimer une dizaine d'emplois (sur la centaine de salariés affectés, nuit et jour, aux parkings) et essaye d'imposer aux autres des changements de poste à marche forcée. Des salariés se retrouvent donc à subir la pression pour choisir une nouvelle affectation, en n'ayant que 8 jours pour se décider, et sont contraints d'accepter des avenants à leur contrat de travail... avec la menace d'un licenciement en cas de refus.

Avec les nouveaux postes, les salariés devraient aussi accepter de nouvelles tâches sans augmentations de salaires, des tâches qui alourdissent leur travail et le rendent plus dangereux, par exemple d' "aller à la rencontre de tout individu suspect, en état d'ébriété ou excité"... sans avoir reçu aucune formation pour cela !

Cette réorganisation vient s'ajouter à des changements d'horaires ou d'affectations incessants, qui montrent tout le mépris de la direction pour ces travailleurs.

Mais cette fois ils ont décidé de dire stop ! Et de se faire respecter. Ils ont bien raison.

Les dernières brèves