A Limoges, « le camp des travailleurs » sera représenté pour les municipales :  Comme en 2014, Élisabeth Faucon (LO) représentera « le camp des travailleurs » à Limoges.

Article de presse
17/02/2020

«Le camp des travailleurs » sera bien représenté, pour ces municipales à Limoges.

Lutte ouvrière, et sa représentante locale Élisabeth Faucon, ont déposé, en fin de semaine dernière, une liste de 55 noms, qui doit être validée, en début de semaine par la préfecture. Déjà présente en 2014, Lutte ouvrière sera représentée par « 28 femmes et 27 hommes », détaille la tête de liste, qui, il y a six ans, avait rassemblé 1.180 voix et 2,7 % des suffrages au premier tour des municipales.

« Clairement, reconnaît-elle, on n’est pas en capacité de gagner la mairie. Mais avoir des élus nous permettrait d’avoir un point d’appui pour les luttes des travailleurs, d’être un caillou dans la chaussure des élus pour dénoncer les petits arrangements. Il y a plein de manière de détourner de l’argent public pour en faire profiter les grands patrons. On pourrait alors les rendre publics. »

Les transports gratuits, on y est favorable. (...) Les patrons ont besoin qu’on transporte les salariés, donc c’est à eux de payer. »

Dans sa vision « hors système » du fonctionnement d’une ville comme Limoges, Élisabeth Faucon rêverait de faire de la municipalité, « un lieu d’organisation des travailleurs ». « Une municipalité ouvrière », décrit-elle, où ce sont « les réunions, les discussions, le fait de décider et d’agir ensemble », qui serait au centre du fonctionnement municipal.

Ce qui n’empêche pas la candidate d’avoir des idées plus précises sur des points très précis du programme. Comme sur l’attractivité du centre-ville (voir page 2 et 3). Ou les transports par exemple : « Les transports gratuits, on y est favorable, avance-t-elle. Il suffirait de le financer par une hausse de la taxe transports. Les patrons ont besoin qu’on transporte les salariés, donc c’est à eux de payer. »

Cette orientation marxiste de lutte des classes se retrouve également dans la composition de la liste, « sans notable, ni politique », souligne Élisabeth Faucon. Alors que Lutte ouvrière constitue la cinquième liste de gauche ou écologique, la question des alliances éventuelles est renvoyée à plus tard. Et pas avec tout le monde : « On n’a pas la mémoire courte. On a combattu la politique de Hollande, la loi Travail. C’est Macron, tout ça. »

« Des travailleurs du public et du privé, qui partagent les difficultés des couches populaires »

La liste sera présentée, ce mercredi, au cours d’une conférence de presse. « Ce sont des travailleurs du public et du privé, qui partagent et connaissent les difficultés des couches populaires. » Certains d’entre eux sont également très présents dans les manifestations contre la réforme des retraites. « Notre campagne, elle se fait carrefour Tourny, ajoute la candidate LO. Le camp des travailleurs se fait entendre, mais on ne l’écoute pas. La bataille contre le capitalisme est loin d’être finie et loin d’être perdue. »

Sébastien Dubois

Droits de reproduction et de diffusion réservés © Le Populaire.fr