Sud-Ouest (Rochefort) :  La liste des gens modestes

Article de presse
25/02/2020

Une partie des colistiers de Lutte ouvrière © Crédit photo : K. C.

Lutte ouvrière

Hier soir, le parti d’extrême gauche a présenté sa liste et son programme

Municipales 2020

Ils avaient prévenu qu’ils n’avaient aucun mal à trouver des colistiers. Ça y est, c’est fait, les militants de Lutte Ouvrière (LO) ont dévoilé hier soir, la liste de 35 noms (lire par ailleurs). Elle compte un ouvrier, dix employés, sept techniciens, quatre étudiants, deux artisans, un ingénieur. La plus jeune a 19 ans, le plus âgé 79 ans et la moyenne d’âge est de 47 ans.

Non à l’exploitation

Outre les noms, la tête de liste, Frédéric Castello, et d’autres candidats, ont rappelé hier, un programme « au service des gens modestes ». « Sur notre liste, personne ne vit de l’exploitation du travail d’autrui », explique-t-on à LO, se distinguant « des notables qui composent l’essentiel des listes. »

Ici, le postulat est de dire que « l’immense majorité de la population rochefortaise est modeste. Notre liste serait donc la mieux placée pour mettre les intérêts du camp des travailleurs en priorité des décisions municipales. » Et ce camp, justement « est en train de relever la tête », dit Frédéric Castello en référence aux mouvements des gilets jaunes et contre la réforme des retraites.

« Il n’est pas capable de faire reculer le pouvoir au service des capitalistes, mais il est capable de rendre les coups pour ouvrir une crise sociale et politique. » Aux yeux de LO, « l’élection municipale se déroule dans tout le pays. » Les militants d’extrême gauche proposent d’exiger que « les milliardaires soient mis à contribution pour régler les problèmes urgents de la population modeste. »

Pour Lutte Ouvrière, « utiliser une religion (souvent musulmane) ou les réfugiés, c’est détourner l’attention de la responsabilité de la classe bourgeoise dans la crise économique. »

Vivre décemment

Des élus LO localement, ça changerait quoi ? « Nous voulons faciliter l’organisation des travailleurs pour mener les combats et vivre décemment. Cela passerait par « la démocratie des travailleurs, français ou étrangers, qui participeraient à la prise de décision par des assemblées des comités de quartier. »
Le programme de LO insiste sur une politique municipale du logement qui favoriserait un meilleur accès pour le troisième âge et les jeunes.

« Outre la loi de 1946 qui autorise les municipalités à réquisitionner les logements vides, la Ville en aurait les moyens, elle qui a subventionné Stelia à hauteur de 900 000 euros en 2018. »

LO parle aussi santé en prônant un centre de santé, sans avance de frais, ni dépassement d’honoraires. Elle défend les transports gratuits, l’augmentation de places en halte-garderie et crèche collective, sans oublier la création d’une maison de retraite publique. Et elle puise ses revendications dans les discussions qu’elle entretient avec les habitants tout au long de l’année, par sa présence sur le marché. Un travail de terrain et de tous les jours pour défendre le petit peuple. Celui qui vote et qu’on n’entend pas.

Réunion publique vendredi 13 mars, à 20 heures, salle 103 du Palais des congrès.

Kharinne Charov
k [dot] charov [at] sudouest [dot] fr

Lire l'article en ligne
Fichier attachéTaille
Icône image 20200225_la_liste_des_gens_modestes.jpg318.22 Ko