L'ECHO DE LA DORDOGNE - Bergerac :  Lutte ouvrière sera du cortège de la CGT le 12 septembre

Article de presse
10/08/2017

Les militants de Lutte ouvrière tractaient hier sur le marché de Bergerac avec l'intention de faire s'exprimer les mécontentements des classes populaires frappées par les nouvelles mesures gouvernementales.

LUTTE OUVRIERE SERA DU CORTEGE DE LA CGT LE 12 SEPTEMBRE

Chasubles rouges, faucille et marteau... ça claque ! Les militants de Lutte ouvrière ont bien gardé les codes de... la lutte ouvrière. Comme quoi, le parti porte bien son nom. En plein mois d'août et son lot de touristes britanniques, difficile cependant de trouver un ouvrier enclin à faire la révolution depuis le marché de Bergerac. Et oui, quand le "tracteur" Lo distribue, l'ouvrier jouit lui du combat de ses aînés en profitant pleinement de ses congés payés. Qu'importe. Les militants, via cette distribution, entendent faire s'exprimer tous les mécontentements citoyens, qu'ils soient en vacances ou non. En ligne de mire, on s'en doute : Macron.

"Des mesures à l'encontre des attentes populaires" Philippe, militant Lo

En effet clairement, si le nouveau président français ne fait pas l'unanimité dans ses rangs, il la fait encore moins dans ceux des soutiens du parti de Nathalie Arthaud. "Ce gouvernement, comme tous ceux qui se sont succédés ces dernières années, prend des mesures qui vont à l'encontre des attentes populaires" s'indigne Philippe, un militant de Lutte Ouvrière. Ce dernier égraine les premiers coups de ce si petit trimestre du mandat présidentiel : "La décision de réduire de cinq euros les APL, la nouvelle réduction du budget des collectivités, la suppression de la taxe d'habitation... tout ceci n'aura d'autre conséquence que de réduire les services publics que ce soit en terme d'éducation, de culture, de transports ou de soin. Ce sont une fois de plus les coups portés aux couches sociales les plus fragilisées par des années à répétition de casse sociale". Macron ne suscite aucun doute chez ce militant : "Lui et son gouvernement sont au service des plus riches. Ce sont toujours les plus pauvres que l'on frappe alors que les cadeaux se multiplient vis-à-vis du grand patronat". La réforme du Code du Travail est loin d'atténuer les désaccords. "L'objectif de cette loi Travail consiste à faire table rase de ce qui dans le Code du Travail encombre encore un peu le patronat. Le temps de travail, le niveau des salaires, la rémunération des heures supplémentaires... tout cela sera décidé à l'échelle de l'entreprise. Ce qui formellement unifiait un tant soit peu les travailleurs, ce qui était le fruit des luttes ouvrières du passé, le gouvernement veut s'en débarrasser et le remplacer par des accords d'entreprise ou des accords de branche". Aux yeux de Lutte ouvrière, c'est là une déclaration de guerre du gouvernement auquel aucune des directions syndicales n'a répondu comme il aurait fallu. La CGT trouve néanmoins grâce auprès de LO en appelant à une journée de mobilisation nationale le 12 septembre prochain. "Une simple journée d'action ne fera pas reculer le gouvernement, seules des mobilisations puissantes pourront faire barrage à cette loi. Néanmoins, nous sommes partie prenante de cette mobilisation, comme de tous les mouvements sociaux, pour que cette date soit le point de départ d'une forte contestation ouvrière et populaire". Rappelons qu'à Bergerac, le rassemblement organisé par la CGT est fixé le 12 septembre à 15h devant le palais de justice.