La Nouvelle République (Châtellerault, Vienne) :  Municipales à Châtellerault : Patrice Villeret, « candidat des travailleurs »

Article de presse
28/01/2020

Comme en 2001, 2008 et 2014, Patrice Villeret portera la voix de Lutte ouvrière aux municipales 2020 à Châtellerault. © Photo NR

Pour la quatrième fois consécutive, Patrice Villeret, 57 ans, sera la tête de liste du parti Lutte ouvrière aux municipales à Châtellerault. Interview.

Pourquoi êtes-vous candidat ?

« Pour défendre les classes populaires et les travailleurs, qui subissent de plein fouet la crise, avec toujours plus de précarité, toujours moins de pouvoir d’achat. C’est vrai partout, pas seulement à Châtellerault. Ce camp, Lutte ouvrière est le seul à le défendre. Tous les autres protègent le système en place et ne sont là que pour défendre leur poste d’élu. »
Vous être le candidat de Lutte ouvrière pour la 4e fois consécutive à Châtellerault. Pourquoi encore vous ?

« Tous mes camarades ont jugé que j’étais le mieux placé pour les représenter du fait de ma longue expérience de militantisme aux Fonderies et localement. Je vous rassure : si quelqu’un d’autre avait voulu la place, ça n’aurait pas été un problème pour moi. À Lutte ouvrière, il n’y a pas de leadership, pas de problèmes d’ego. Ça s’est fait assez naturellement. »
Votre liste est-elle constituée ?

« Elle est prête. Elle aura pour nom “ Lutte ouvrière, le camp des travailleurs ”. Je peux déjà dévoiler sept colistiers (1). Je communiquerai les autres courant février, une fois que notre liste aura été officiellement enregistrée par la préfecture. »
Vous avez réalisé un peu moins de 5 % en 2008 et en 2014. Quel est votre objectif cette fois ?

« Envoyer des militants communistes révolutionnaires au conseil municipal. Des élus qui seraient des points d’appui pour tous ceux qui défendent l’intérêt des travailleurs dans les entreprises, dans les syndicats. Qui porteraient la voix de tous ces gens qui représentent la majorité de la population mais qui n’ont pas le droit à la parole aujourd’hui. »
Quel est votre programme pour Châtellerault ?

« Prendre des mesures favorables aux classes populaires, soutenir les travailleurs en lutte. Comme ceux de la clinique Kapa, qui subissent des licenciements, ou des Fonderies du Poitou, dont les emplois sont encore menacés à cause de la voracité des patrons qui ne tiennent pas leurs engagements… »
Quel regard portez-vous sur le bilan de l’équipe Abelin depuis douze ans ?

« Le bilan de Cresson et Tondusson hier, Abelin aujourd’hui, c’est le bilan des maires au service du grand capital et des patrons. Peu importe la couleur politique du maire en place, la misère est toujours plus présente dans ce pays et pèse sur les municipalités. »
Lutte ouvrière n’a jamais fait d’alliance avec d’autres partis de gauche comme le Parti communiste. Pourquoi ?

« Le Parti communiste fait le choix de constituer une liste qui ne défend pas les idées communistes. Qui va sans doute préférer, au second tour, se rallier aux autres forces de gauche, le PS en tête, qui mène depuis quarante ans une politique anti-ouvrière et qui a même dans ses rangs des rejetons comme Macron. Nous ne voulons pas faire partie de cette gauche bourgeoise qui fait la peau des travailleurs. »

(1) Brigitte Bobiet (employée télécoms), Thierry Pasquinet (ouvrier agroalimentaire), Sylvie Maraicher (ouvrier agroalimentaire), Jean-Marie Parry (agent RATP), Bernadette Lucquiaud (employée des écoles retraitée), Bruno Pasquier (ouvrier), Micheline Leclaire (employée municipale retraitée).

repères

Patrice Villeret a 57 ans. Ouvrier à la Fonderie du Poitou alu de 1981 à 2018, il est depuis plus d’un an en préretraite amiante. Encarté à Lutte ouvrière depuis 1986, il milite par ailleurs à la CGT. C’est la quatrième fois qu’il se présente comme tête de liste à Châtellerault. En 2008 et 2014, il avait réalisé un peu moins de 5 % au premier tour (4,84 % et 4,83 %).