La Nouvelle République (Poitiers, Vienne) :  A Poitiers, Lutte ouvrière se lance dans sa quatrième course aux municipales

Article de presse
28/02/2020

Ludovic Gaillard, tête de liste de Lutte ouvrière avec une partie de sa liste, en train de tracter, hier matin au marché des Trois-Cités, vient de présenter sa liste de 53 noms. © Photo NR

Ludovic Gaillard, enseignant-chercheur de 54 ans et candidat pour la quatrième fois aux municipales de Poitiers, vient de présenter sa liste.

Et une de plus. Ludovic Gaillard, tête de liste de Lutte ouvrière (LO), intitulée « Faire entendre le camp des travailleurs », porte son parti pour la quatrième fois consécutive – 2001, 2008, 2014 et 2020 – aux élections municipales de Poitiers. En presque vingt ans, le fond de son discours n’a pas changé. Il se veut même davantage préoccupé : « Ce qui mine les quartiers et la collectivité, c’est la précarité et la pauvreté. En vingt ans, la situation a empiré. Une fois de plus, je trouve dangereuse la guerre sociale que mène le patronat. »
Hier matin, jeudi 27 février, c’est sous le marché couvert des Trois-Cités que Ludovic Gaillard et une équipe de cinq bénévoles continuaient à tracter d’arrache-pied. Derniers moments de partage avec le public avant l’échéance du premier tour, le 15 février.

Le plus jeune a 21 ans, la plus âgée 75 ans

Le candidat LO en a profité pour dévoiler en détail la liste qu’il présente. Sur ses 52 colistiers, 26 sont des femmes, 26 des hommes. Le benjamin de sa liste a 21 ans, la doyenne 75 ans. La moyenne d’âge est de 50 ans. Elle est constituée principalement d’employés, mais aussi d’enseignants, d’étudiants et de personnes sans emploi (lire l’encadré).
Crédité de seulement 1 % d’intention de votes au premier tour des élections (1), selon un sondage Ifop-Fiducial en partenariat avec La Nouvelle République et Centre-Presse (lire en page 3), Ludovic Gaillard dit « ne pas se leurrer » sur une victoire aux élections cette année à nouveau. « Cependant, dit-il, il est important d’être présent pendant ce temps de parole et de revendications publiques, et de porter le sujet absent de la lutte des classes sociales dans le débat des municipales. »
Son regard sur les autres candidats n’est pas des plus tendres. « Beaucoup amènent le sujet de l’écologie au devant de leurs priorités. Et bien sûr que c’est important. C’est bien pour le centre-ville de Poitiers où vit une population plus fortunée, mais est-ce un sujet prioritaire à amener dans les quartiers où le problème des gens qui y vivent est de savoir s’ils seront en capacité de se nourrir à la fin du mois ? C’est bien de vouloir lutter pour l’environnement, mais si on ne lutte pas d’abord contre le capitalisme, le combat est vain. »
(1) Aux scrutins de 2001, LO avait obtenu 5,33 % de votes exprimés, en 2008 1,74 % et en 2014 2,83 %.

Lucile Moy

Lire l'article en ligne