Quartier du Breil à Nantes

Un an après le policier meurtrier n'a toujours pas été entendu par un juge d'instruction

Brève
07/07/2019

Les habitants du quartier du Breil ont commémoré le 3 juillet l'anniversaire de la mort d'Aboubakar Fofana, abattu par un CRS d'une balle à bout portant. A l'époque, cette mort avait provoqué des émeutes dans les quartiers populaires de Nantes. Les autorités y avaient répondu par un déploiement policier accru et par des appels à faire confiance à la justice. Mais le calme revenu la justice a montré que lorsqu'il s'agit d'un policier responsable de la mort d'un homme, elle sait se hâter lentement. Le policier avait varié dans ses déclarations : dans un premier temps il avait parlé de légitime défense, avant de se rétracter et de plaider le coup de feu parti accidentellement. Eh bien, un an après, ce policier n'a toujours pas été entendu par un juge d'instruction !

La même justice qui sait condamner de manière expéditive un manifestant qui lance un caillou n'a pas la même célérité quand il s'agit de faire la vérité sur la mort d'un jeune abattu par un policier dans un quartier populaire.