Communiqué de Robert Cerisier, tête de la liste Lutte ouvrière – Faire entendre le camp des travailleurs :  « Fiers de défendre les intérêts du monde du travail »

Communiqué
20/09/2021

 

 

« Hier, dans les élections municipales partielles du 19 septembre à Cholet, la liste Lutte ouvrière – Faire entendre le camp des travailleurs a réuni 1,98 % des suffrages exprimés, résultat presque égal aux 2,14 % réunis en mars 2020, alors que l’abstention a atteint des records, en particulier dans les quartiers populaires. Cela représente 225 voix, soit un peu plus que les 179 voix obtenues en juin dernier par la liste LO lors des élections régionales.

Nous avons réussi à présenter une liste communiste et révolutionnaire, une liste composée de travailleuses et de travailleurs, et nous en sommes fiers. Ainsi, plus de 200 des nôtres ont pu exprimer leur rejet de l’organisation actuelle de la société, et leur confiance dans les capacités de la classe ouvrière à se battre pour la refonder sur de tout autres bases, où l’intérêt collectif prédominera.

Pendant cette courte mais intense campagne, nos candidates et candidats ont défendu les revendications les plus essentielles pour les travailleurs : contre le chômage et la précarité, répartition du travail entre tous ; augmentation des salaires et leur indexation sur les prix ; contrôle des salariés et de la population sur l’économie. Et ils ont eu la satisfaction de constater, au cours de leurs contacts devant les entreprises et dans les différents quartiers, que ces idées rencontrent de l’écho.

Cela dit, le contexte actuel reste dominé par les thématiques réactionnaires de la droite et de l’extrême droite. Cela se traduit ici par la réélection, dès le premier tour, du maire sortant, même si ce n’est qu’avec les voix de 17 % des inscrits. Et ce ne sont pas les partisans de Macron ou des différents partis de la gauche de gouvernement qui siégeront demain dans l’opposition municipale qui y changeront quelque chose. « Bien voter », c’est la seule voie qu’ils proposent aux travailleurs, et c’est une impasse, comme ils ont pu le mesurer sous Mitterrand, Jospin ou Hollande.

Pour notre part, nous savons que les perspectives que nous avançons sont encore minoritaires, car il y a de la résignation et de la désorientation chez bien des travailleurs. Mais à Lutte ouvrière, nous sommes convaincus que le monde du travail retrouvera la conscience de ses intérêts à travers ses luttes. Ces combats sont inévitables face aux licenciements qui pleuvent et aux prix qui explosent. Contre une classe capitaliste qui en veut toujours plus, le monde du travail n’aura pas d’autre choix que de se battre, par la grève et les manifestations, pour dire stop aux sacrifices et exiger que l’on prenne sur les profits des riches de quoi créer des emplois et augmenter les salaires.

Construire le parti qui aidera les travailleurs à s’orienter et à s’organiser quand ces explosions sociales viendront, c’est notre objectif à Cholet et ailleurs. Les élections sont passées, la lutte continue ! »