Déclaration de Didier Lizé, élu Lutte ouvrière au conseil municipal des Ponts-de-Cé : :  Non aux licenciements ! Répartition du travail entre tous sans baisse des salaires !

Communiqué
30/09/2020

73 chez Alinéa à Beaucouzé, 23 chez Artus à Avrillé, 80 chez Schneider à Saumur, 86 chez Paulstra à Segré... Les chiffres des suppressions d’emplois annoncées ou effectives dans le département sont alarmants. Chez Valeo, le patron menace lui aussi de licencier si les syndicats refusent de signer un « accord de performance collective » durcissant encore l’exploitation.

Dans le Maine-et-Loire comme partout, les capitalistes sont à l’offensive pour faire payer la crise aux travailleurs. C’est une véritable hémorragie qui est en cours, dans des entreprises qui ont des réserves financières et ne licencient que pour augmenter les profits des actionnaires. A ces chiffres, il faut bien sûr ajouter les emplois induits qui seront détruits dans la foulée, et les licenciements des salariés en CDD et en intérim qui continuent dans toutes les branches.

Le Medef Anjou se réjouit du « plan de relance » de Castex, qu’il trouve « équilibré » et même « historique ». On le comprend puisque les 100 milliards du gouvernement vont aller droit dans les poches de la bourgeoisie. Mais ce plan de relance des bénéfices capitalistes ne sauvera aucun emploi. Il n’apportera rien, ni à la population, ni aux services publics.

Pour défendre nos conditions d’existence alors que la crise aggrave, nous ne pourrons compter que sur nos propres luttes. Les travailleurs qui sont descendus dans la rue le jeudi 17 septembre ont eu raison de le faire, car une attaque contre un seul d’entre nous est une attaque contre nous tous. Ensemble, imposons nos exigences vitales : travaillons moins pour travailler tous, sans baisse des salaires !

Didier Lizé. Elu de la liste « Lutte ouvrière – Faire entendre le camp des travailleurs »

didier [dot] lize [at] wanadoo [dot] fr