Tribune libre de Didier Lizé :  Vive La Commune !

Communiqué
21/04/2021

 

Aux Ponts-de-Cé comme ailleurs, l’épidémie de Covid continue de flamber. La raison ? Des gouvernants à genoux devant le grand patronat, qui se refusent à transformer les vaccins en biens communs de l’humanité, alors qu’il faudrait réquisitionner usines et laboratoires pour les produire en masse.

C’est pour les mêmes raisons que les pouvoirs publics s’interdisent de réquisitionner les logements vacants, ou d’exproprier les capitalistes qui ferment des usines et transforment des régions entières en déserts industriels.

Le gouvernement dirige au service exclusif d’une minorité richissime. Il défend « quoi qu’il en coûte » la propriété privée et les profits d’une poignée de parasites. C’est ce qui rend la société incapable de trouver des solutions aux crises multiples (économique, sociale, écologique...) qu’elle génère.

Il y a 150 ans, La Commune de Paris a montré qu’un autre monde est possible. De mars à mai 1871, les travailleuses et les travailleurs ont commencé à se libérer eux-mêmes, en remplaçant le capitalisme par une économie au service de la population, pour construire un monde plus libre et fraternel.

La Commune, ce n’est pas une vieillerie mais le germe de la société future !

Alors qu’aux Ponts-de-Cé, une grande avenues porte le nom du général Gallieni, un criminel contre l’humanité par son rôle dans la colonisation et la boucherie de 14-18, quel meilleur moment pour la renommer « Avenue de La Commune de 1871 » ?

 

Didier Lizé conseiller municipal aux Ponts de Cé
élu sur la liste « Lutte -ouvrière. Faire entendre le camp des travailleurs »

didier [dot] lize [at] wanadoo [dot] fr