Le Maine Libre  :  Le Grand-Lucé : une liste Lutte ouvrière

Article de presse
04/03/2020

De gauche à droite : au premier rang Nicole Kobiela, Jocelyne Jouet, Maryse Brutout, Annie-Claire Bourdin, Anita Lebert. Au second rang Jacky Léon, Michel François, Alex Legros, Élise Bouyssou, Eddy Lacorre et Daniel Pivard.

Inédit de mémoire de Lucéens. Une troisième liste clairement affichée d’extrême gauche se présente aux élections municipales de mars 2020.

La liste Lutte ouvrière est conduite par Maryse Brutout, militante dans la droite ligne d’Arlette Laguiller et de Nathalie Arthaud, qui entend bien représenter le camp des travailleurs lors de cette échéance.

Je suis fière avec mes camarades d’avoir bouclé cette liste, fière de mes colistiers qui ont accepté de défendre le camp des travailleurs. Notre liste n’est pas une liste de politiciens et de notables. Elle se compose de 10 femmes et 9 hommes de toutes les catégories, ouvriers, techniciens, employés, transport, service public et à la personne etc. L’âge moyen est de 53 ans à l’image du monde du travail.

« Faire entendre le camp des travailleurs »

Et de poursuivre : nous sommes foncièrement contre la réforme des retraites voulue par Emmanuel Macron, aux intérêts exclusifs des riches. Notre mission sera de faire entendre, pendant cette campagne, le camp des travailleurs. Ce sont eux qui produisent tout face au capitalisme rapace qui en demande toujours plus.

Nous invitons les Lucéens de se saisir de notre bulletin de vote pour exprimer leur mécontentement.

Les candidats de Lutte ouvrière iront au-devant des Lucéens pour avancer leurs propositions. S’ils sont élus ils prendront toutes leur place au sein de l’assemblée municipale, ils rendront compte à la population et la consulteront pour les orientations à prendre sachant que l’État ligote les municipalités .

Le choix entre trois listes

Nos candidats, nos élus se battront contre la fermeture des services publics, bureau de poste. Nos élus seront les oreilles et les yeux des classes populaires, ils dénonceront les capitalistes qui vivent aux crochets de la collectivité et les notables qui les arrosent. Nous invitons les travailleurs, qu’ils soient en activité, à la retraite ou au chômage, à voter pour leur camp en utilisant le bulletin de vote Lutte ouvrière. L’offensive des capitalistes et du gouvernement à leur service ne s’arrêtera pas avec les municipales, il faudra poursuivre la lutte, c’est le sens de notre candidature, conclut Maryse Brutout.

Les Lucéens auront le choix entre trois listes, celle du maire sortant Pascal Dupuis, celle de Lucé Demain emmenée par Jean-Yves Leclerc et la liste Lutte ouvrière de Maryse Brutout.

Droits de reproduction et de diffusion réservés © Le Maine Libre