Aisne

Ondulys – Saint-Quentin : non à la répression syndicale

Brève
09/02/2019

À Ondulys à Saint-Quentin, l'élection d'une des deux délégués de la CGT est contestée par la CFDT et la direction.

Le prétexte invoquée est que la tête de la liste CGT  était une femme alors que l’entreprise est majoritairement masculine.

L’esprit de cette loi qui impose la parité est faite pour que des femmes deviennent déléguées en étant en position éligible mais toutes les ficelles sont utilisées pour se débarrasser de cette déléguée.

Le patron avait déjà tenté de la licencier après avoir réussi à se débarrasser de plusieurs syndiqués.

Il a lancé une nouvelle procédure et  rêve maintenant de faire annuler ces élections.

Une centaine de militants ont accompagné la déléguée le jour de l'audience, le mercredi 7 février, devant le tribunal d'instance, afin de montrer leur indignation et leur solidarité face à l'acharnement de la direction.