Article de presse

Le Républicain Lorrain

Sébastien Ollier : « L'expression d'une colère accumulée »

Le Républicain Lorrain  : Sébastien Ollier : « L'expression d'une colère accumulée »
Sébastien Ollier : « L'expression d'une colère accumulée »

Sébastien Ollier constate « qu'aucune liste ni parti ne peut se revendiquer du camp des travailleurs en dehors de Lutte ouvrière. La plupart des candidats ne sont pas sur ce terrain. Ils l'ont trahi et ils l'ont payé notamment les partis de gauche ». ( /Thierry NICOLAS )

C'est la première fois qu'une liste Lutte ouvrière se présente aux municipales à Sarreguemines. Son chef de file est Sébastien Ollier. Ce dernier a réussi une gageure : monter une liste de 35 personnes partageant le même mot d'ordre, faire entendre le camp des travailleurs.

« Notre liste est le fruit d'une colère accumulée comme le montrent l'opposition à la réforme des retraites et le mouvement des Gilets jaunes. Cela démontre que les gens sont frappés par la crise. »

Sébastien Ollier invite donc les électeurs à se saisir de leur bulletin de vote pour exprimer leur colère. « C'est le sens de notre candidature et de notre présence au scrutin municipal » « Une telle démarche n'est pas surprenante », affirme la tête de liste au risque d'en surprendre certains

. « Sarreguemines est une ville populaire, car la majorité des gens est constituée de la classe ouvrière, d'employés, de chômeurs et de retraités. »

Il justifie son propos : « Une grande partie de la population est exclue du monde du travail, alors qu'on recense plus de 200 entreprises sur le bassin d'emploi. 10 000 emplois sont dans les entreprises sur 60 000 habitants soit une personne sur 6 »

« Il faut un mouvement puissant »

L'autre sujet qui mobilise l'équipe est la situation du logement ou plutôt du mal-logement. « Les loyers sont trop élevés pour les travailleurs par rapport aux salaires, aux pensions et allocations que les patrons et l'État tirent vers le bas. »

À titre d'exemple, il souligne « comment se loger avec une allocation adulte handicapée de 800 € alors qu'un F4 en HLM se loue à plus de 600 € ? »

Trop de logements vacants

Il dénonce le trop grand nombre de logements vacants à Sarreguemines. « Il faut les réquisitionner, car l'État protège trop la propriété privée et les propriétaires. Seul un mouvement puissant de la classe ouvrière peut faire fléchir les groupes capitalistes, les notables et l'État. »

Concernant le centre-ville, le candidat constate qu'il perd en attractivité « en raison de la perte démographique, du manque d'emplois et de la désertification des services, des fermetures de classes ou de services dans les hôpitaux. Sur tous ces points, une municipalité doit être un relais de la mobilisation des luttes et un instrument de la transformation sociale ».

La liste Sébastien Ollier, Martine Tribout, Gilles Sébastian, Rachel Pelletier, Christophe Villard, Corine Zentz, Jean-Michel Burgun, Adina Galusteanu, Frédéric Harter, Sandra Dehlinger, Max Muller, Gaëlle Di Liberatore, Eddy Schmidt, Valérie Fresnel, Roger Adam, Sandra Zeyer, Frédéric Klos, Liliane Wetzel, Alaoudin Yacoubi, Cemile Akkulak, Vincent Gerne, Ailyne Beck, André Lang, Fatma Allal, Roland Flauder, Léontine Brocker, Franck Pelletier, Sandra Lutz, Jean Massing, Kheira Abdelbari, Sylvain Renard, Catherine Vilt, Michel Lienhardt, Cindy Tritz et Pierrick Siest.

Fabien SIEGWART

Droits de reproduction et de diffusion réservés © Le Républicain lorrain

 Lire l'article en ligne >
Partager