Échos des entreprises

Cesson-Sévigné (35) Interdigital :  Encore un Award !

Echo d'entreprise
22/06/2022

À Interdigital, un directeur nous envoie un mail d’autosatisfaction pour sa publication « Corporate Sustainability Report ». Il se réjouit notamment de son engagement dans le « capital humain » et « l’impact social ».
Et c’est sans doute pour nous démontrer sa profonde sincérité dans cet engagement qu’il nous envoie ce brillant rapport un an quasiment jour pour jour après que nous ayons appris par une fuite le projet du patron de licencier la moitié d’entre nous.
Ils sont vraiment remarquables en matière de communication à la direction d’Interdigital !
 

SNCF Orléans-Les Aubrais (Loiret) :  En grève contre les suppressions de postes

Echo d'entreprise
15/06/2022

Ce mardi 14 juin, les cheminots des gares d’Orléans-Les Aubrais en colère étaient en grève quasi-unanime contre la suppression de leurs postes et la dégradation de leurs conditions de travail.

Le projet de la direction SNCF est de supprimer début 2023 une quinzaine de postes en gare (agents de manœuvre, agents d'accueil). La grève avait été préparée collectivement par un comité de lutte de cheminots de différentes fonctions qui a entraîné tous leurs collègues. Il y avait aussi la majeure partie des guichetiers qui, eux, ont déjà subi suppressions de postes et dégradation considérable de leurs conditions de travail récemment.

Dès le matin à 9h30, une trentaine de cheminots ont imposé au directeur d’établissement, surpris par l’ampleur de la grève, de venir s’expliquer sur la destruction des postes et l’aggravation des conditions de travail que cela suppose : il a concédé à cette réunion un aménagement des horaires de travail et des renforts à l’accueil les vendredis et dimanches. Mais ce que lui ont répondu les grévistes, c’est que ce n’est pas de renforts incertains dont ils ont besoin mais de garder l’effectif actuel, déjà insuffisant !

À l’Assemblée Générale de midi, plus d’une quarantaine de cheminots contents de se voir aussi nombreux ont voté pour continuer le mouvement, jugeant plus qu’insuffisants les petits reculs de la direction. Des discussions ont eu lieu sur le fait d'élargir le mouvement, de s’adresser à leurs collègues des gares de la région, eux aussi concernés par des suppressions de postes, mais aussi aux contrôleurs et conducteurs, qui seront impactés par ces suppressions en gare. Ils ont voté pour une nouvelle journée de grève et réélu le comité de lutte pour préparer les prochaines actions. La journée de mobilisation s’est terminée par un barbecue pris en commun, loin des misères quotidiennes subies au boulot, de quoi regonfler le moral un peu plus !

Alstom-General Electric :  De vrais voyous !

Echo d'entreprise
01/06/2022

Entre 2015 et 2020, General Electric aurait détourné 800 millions d’euros des caisses de Turbines Gaz Belfort, vers des paradis fiscaux, alors que dans la même période avaient lieu des licenciements massifs dans cette entreprise.

Cette opération lui a fait économiser entre 150 et 300 millions d’impôts, un manque à gagner pour le fisc français.

Mais voilà, c’est avec la bénédiction de l’état français, qui a validé ce schéma fiscal, selon un protocole de « relation de confiance ».

Selon cette procédure mise en place par le ministère des Finances en 2013 avec General Electric, le fisc s'est engagé à ne pas « lancer de vérification ».

L’état est au service des capitalistes et les impôts que les travailleurs sont obligés de payer sont versés par milliards à ces mêmes capitalistes quand bien même ils se débrouillent pour ne pas payer d’impôts!

Semat, groupe Zeller (La Rochelle, Charente-Maritime) :  Licenciement scandaleux

Echo d'entreprise
23/05/2022

Un ouvrier de logistique de la Semat, entreprise de 250 salariés qui produit des camions-poubelles et des véhicules de nettoyage urbain, vient d’être licencié. Le motif invoqué est son départ pour événement familial sans avoir reçu de réponse à sa demande de congé. C’est pourtant la direction qui est responsable de n’avoir répondu – négativement – à sa demande de RTT que 2 h… après son départ ; mais elle affirme qu’il aurait dû respecter un délai d’un mois pour poser son congé ! elle qui se permet de modifier les emplois du temps des travailleurs en prévenant 24 h avant… Elle veut des ouvriers à sa disposition, selon ses caprices.

Vendredi 20 mai, 50 travailleurs, dont quelques chefs d’équipes, se sont rassemblés pour un point d’information syndical, malgré les menaces de la direction de l’entreprise de leur retirer une heure de salaire, contre les usages en pareils cas. Tous ont tenu à se solidariser de leur camarade, quitte à être considérés en grève, car ce licenciement est l’attaque de trop. Cette direction provocatrice, qui proclame être là pour « faire du fric » et se fait payer ostentatoirement voitures de fonction de luxe et restaurants étoilés avec l’argent de l’entreprise, est le meilleur ferment d’une nécessaire riposte collective.

Arco (Châtellerault – Vienne) :  Arco : Les ouvrières se font respecter

Echo d'entreprise
23/05/2022

Les grévistes sur le parking de l’usine

Dans l’entreprise Arco, qui fabrique des sacs de luxe Vuitton, 550 ouvrières sont parties en grève spontanée durant près de 3 jours, à la grande surprise de la direction, pour exiger une véritable augmentation salariale.

Alors que les patrons ne voulaient accorder que 70 € d’augmentation pour des salaires qui sont proches du smic, ils ont dû concéder 100 € net d’augmentation, une majoration de 10 à 25 % des heures de nuit pour ceux qui sont en décalé, un forfait mobilité de 100 €, une journée d’enfant malade par an et par enfant, rémunérée,…

Le travail a donc repris, mais l’ambiance dans les ateliers n’est plus la même. Un exemple à suivre !

Airbus-helicopters :  Transformer l’or en plomb

Echo d'entreprise
21/05/2022

quatre..trois...deux....un !

Aux Machines-Outils, on le voyait arriver avec une certaine envie ce week-end de l’ascension de 4 jours.

Mais en un rien de temps, il s’est transformé en un week-end ...d’un jour. L’alchimiste d’Airbus a encore frappé.

Sécurité Sociale, 35 :  Délais de traitement des dossiers allongés : embauchez !

Echo d'entreprise
12/05/2022

Dans de plus en plus de CPAM, les délais de traitement des indemnités journalières sécurité sociale ont explosé.

En Ille-et-Vilaine, il faut jusqu’à 3 mois pour les premiers versements !

Pour le personnel, ce sont des conditions de travail dégradées. Difficile de faire comprendre au téléphone ou à l'accueil, à un assuré qui n'a plus d'argent pour faire ses courses, qu’il doit patienter !

Il est urgent d’embaucher dans tous les services.

Barre Thomas, Continental, Rennes :  Non aux suppressions d’emplois

Echo d'entreprise
12/05/2022

Continental a donc décidé de fermer le centre de recherche et développement de la Barre Thomas et le travail sera fait dans un pays à « bas coûts ».

Il vaudrait mieux dire à toujours plus gros profits pour les actionnaires.

Cooperl, Lamballe, 22 :  Drôle de monde

Echo d'entreprise
12/05/2022

A la Cooperl, ce ne sont pas les composants électroniques qui manquent, mais dans plusieurs secteurs de production, il manque des films plastiques, des barquettes, des épices…

Est-ce dû à la crise du covid, à la guerre en Ukraine, ou un autre motif ? On n’en sait rien.

Mais tous ces manques ne sont que le reflet de l’organisation anarchique de la société capitaliste.

Et il est plus que temps de changer de système.

La Janais, Stellantis, Rennes, 35 :  Un bon rythme

Echo d'entreprise
12/05/2022

Lundi 25 avril, la suite d’une panne au Ferrage, au Montage on a fait une voiture sur deux pendant quatre heures.

Enfin, un bon rythme de travail.