Échos des entreprises

RTM :  Vacances prolongées…

Echo d'entreprise
01/05/2021

On peut comprendre que nos directeurs ne suivent pas les conférences de presse de Macron, Castex et leurs ministres. En effet, ce n’est pas franchement passionnant.

Mais du coup, ils ne semblent pas au courant que les maternelles et primaires ont déjà repris le chemin de l’école et que les collégiens et lycéens doivent retourner en classe à partir du 3 mai.

Non, la direction ne sait toujours pas jusqu’à quand nous allons rouler en horaires vacances… avec des bus bondés !

Airbus :  Onet, la mal nommée

Echo d'entreprise
01/05/2021

Pour faire des économies, Airbus impose à l’entreprise sous-traitante Onet d’en faire.

Comme ce n’est pas en écornant la richesse en millions des actionnaires qu’elle en fera, c’est bien sur notre dos, gardiens ou hôtesses d’accueil sécuritaires que ça retombe.

Sous-payer notre travail, c’est là, le secret de leur fortune.

Airbus :  Allo! Docteur...

Echo d'entreprise
01/05/2021

Se glisser en rampant dans l'appareil, c'est quoi, Dr charlatan ?

Il y a celui qui nous explique que: non, tu n’as pas pu te faire mal dans cette position-là; non, tu n’as pas pu te faire mal en soulevant cette pièce.

Il y a l’autre qui prétend qu’une telle blessure n’a pu se faire que le dimanche à la maison.

Il ya celui qui veut nous faire croire que, malgré tout on pourrait revenir travailler...

Mais où, quand et comment ont-ils décroché leur diplôme de médecine?

Télécom Montpellier :  Histoire de chargement.

Echo d'entreprise
01/05/2021

Un chargé d'affaires sert à faire faire des affaires juteuses aux actionnaires d'Orange.

Pour cela, jour après jour la boîte charge les chargés d'affaires, les charge, les surcharge de travail, jusqu'à ce qu'ils attrapent un bon mal de dos sous le fardeau de plus en plus pesant.

Il ne faut plus du tout de surcharge pour les chargés d'affaires, plus de surcharge en général.

Il faut embaucher, créer des emplois.

Centre d'appels Marseille :  Profits en ligne de mire

Echo d'entreprise
01/05/2021

Free semble toujours aussi soucieuse de notre ligne.

Cette fois on nous propose de prendre RDV en ligne avec une diététicienne.

Mais toujours aussi soucieuse de ses profits, ces RDV sont à prendre sur notre temps de pause.

Faudrait pas que les profits des actionnaires soient mis au régime.

Assa Abloy - Sainte-Savine (Aube) :  Une grève massive

Echo d'entreprise
30/04/2021

Les travailleurs d’Assa Abloy France (1000 salariés, dont 400 à Sainte-Savine dans l'Aube) ont fait reculer la direction de cette multinationale qui, en voulant ramener la prime de participation au minimum légal, a commis la provocation de trop. Lors d’un débrayage jeudi 22 avril, l’intersyndicale faisait voter le principe de la grève coordonnée entre les différents sites. Mardi 27 avril, premier jour de grève, il y avait 85 % de grévistes. Le soir même, la direction faisait machine arrière en annonçant sa volonté de reprendre les discussions sur la base d’une prime de participation au moins équivalente à un salaire.

Laisser passer cette attaque aurait fait perdre une somme importante aux travailleurs par rapport aux années antérieures, de l’ordre du millier d’euros. Or, si le chiffre d’affaires déclaré a un peu baissé en 2020 du fait de l’arrêt lors du premier confinement, le dernier trimestre a été en forte hausse, car les cadenas, serrures et autres fermetures de porte se vendent bien. La direction, pour rattraper la production, multipliait le recours aux heures supplémentaires et samedis travaillés, parfois même annoncés au dernier moment.

Pendant deux jours, à l’usine de Sainte-Savine, les grévistes ont massivement bloqué l’entrée principale formant un piquet dynamique, soutenu par les militants locaux et par les klaxons des automobilistes. Même le soleil était de la partie.

Mercredi 28 avril, à Sainte-Savine comme sur les autres sites, les grévistes votaient très majoritairement la fin du mouvement, estimant que le recul rapide de la direction était une victoire, tout en se réservant la possibilité de remettre ça à la moindre entourloupe. Les travailleurs d’Assa Abloy ont montré leur force collective et c’est un encouragement pour les luttes à venir.

Trëma, Reims :  Les grévistes toujours aussi déterminés

Echo d'entreprise
29/04/2021

Depuis mardi 27 avril les travailleurs de Trëma sont en grève. L’entreprise Trëma dépend de Lucky Star, une société qui s'est vu confier par le Grand Reims le transport des personnes handicapées.

Les grévistes dénoncent d'une part, la dégradation des conditions de service aux usagers et de travail, d'autre part, ils réclament des augmentations de salaire. Ils demandent en particulier une prime « Covid » de 1 000 euros et une augmentation de salaire de 100 euros mensuelle pour tous.

Ce premier mouvement depuis que l'entreprise existe est particulièrement bien suivi avec 80 % des chauffeurs en grève. En face, la direction de Lucky Star joue le pourrissement.

Une chose est certaine : le groupe pensait que les travailleurs ne feraient pas plus d’une journée et encore … les grévistes lui ont montré toute leur détermination en votant à l’unanimité la poursuite de la grève.

Stellantis :  Elle en croque, la famille du lion !

Echo d'entreprise
29/04/2021

Les membres de la famille Peugeot viennent d’empocher 72 millions d’euros. Juste en participant à une réunion de quelques heures sur internet, une réunion appelée « Assemblée générale des actionnaires de Stellantis ». Pour un ouvrier, il faudrait 2 000 ans pour gagner ça.

C’est notre travail qui les enrichit. Alors cette somme serait bien plus utile si elle servait à la collectivité, plutôt qu’à payer des caprices de riches à des parasites qui ne font jamais rien d’utile.

Dispeo :  Attaques de pirates de tous les côtés

Echo d'entreprise
26/04/2021

Selon la direction de Dispéo, entreprise de logistique, une attaque informatique par des pirates aurait mis à mal le système informatique de l'entreprise.

L'ensemble des salariés, embauchés et intérimaires, soit plus de 200 personnes sur les deux sites d'Hem et d'Houplines ont été renvoyés chez eux, ce lundi 26 avril vers 10h.

La direction a annoncé d'emblée que les heures non-travaillées, et cela pourrait durer plusieurs jours, seront à rattraper.

Quelle que soit la raison, manque d'investissements dans le système de protection informatique ou autre, les travailleurs de Dispéo n'ont pas à payer la facture.

En s’attaquant aux horaires des travailleurs, les actionnaires de Dispéo se comportent eux-aussi comme... des pirates.

Territoriaux de Grenoble :  Le maire de Grenoble s'attaque au droit de grève

Echo d'entreprise
25/04/2021

Lors d'une précédente grève

Le maire écologiste Eric Piolle à la tête d'une municipalité EE-LV, LFI, PCF, veut non seulement s’attaquer au temps de travail des agents municipaux, comme le réclame Macron, en volant au moins 4 jours de congés, mais il vient aussi de remettre en cause les modalités du droit de grève des agents des écoles, en s'appuyant sur une vague jurisprudence.

Actuellement, les agents territoriaux peuvent faire grève une heure, une demie journée ou la journée. Mais le maire a décidé d'interdire la grève à l'heure aux employés du périscolaire et de la cantine. Et ceux qui sont en journée continue, eux, n'auront même plus le droit de faire grève à la demi-journée. Ce sera la toute journée ou rien.

Tout cela pour ne pas "entraîner un risque de désordre manifeste dans l'exécution du service", dixit la note de la direction générale !

Cette attaque contre le droit de grève est d’autant plus révoltante qu’elle concerne une catégorie de travailleurs municipaux, constituée très majoritairement de femmes parmi les plus précaires, avec de tout petits salaires, qui ont fait grève et se sont fait entendre ces derniers mois.