Échos des entreprises

Cooperl Lamballe 22 :  Don du ciel

Echo d'entreprise
06/10/2022

Avec le retour de la pluie, on a eu le droit à la multiplication des fuites, des flaques d’eau dans l’usine.

Ça tombe même sur des postes de travail. La viande a parfois droit à un lavage à l’eau du ciel.

Ce genre de bénédiction, on s’en passerait bien.

Continental - Barre Thomas Rennes 35 :  La folie du profit

Echo d'entreprise
06/10/2022

En pleine négociation sur un accord de chômage partiel que le patron veut imposer jusqu’en 2024, nous faisons des… H+ !

La logique du profit jusqu’à l’absurde.

Sécurité Sociale Rennes 35 :  Les pourcentages, c’est l’arnaque

Echo d'entreprise
06/10/2022

La hausse prévue de 3,5 % ne représente que 45 € net sur un salaire au Smic.

Par contre elle représente plus de 200 € sur un salaire de directeur.

200 €, ça correspond déjà plus à ce qu’il nous faudrait…

SNCF Bretagne :  Mieux que David Copperfield

Echo d'entreprise
06/10/2022

La direction a fait disparaître un TER Lorient-Vannes le lundi 19 septembre, supprimé… dès le vendredi précédent, faute de conducteur.

La direction est incapable d’organiser sa propre production !

Hutchinson Saint-Brieuc 22 :  Enfumage total

Echo d'entreprise
06/10/2022

Le PDG de TotalEnergies, auditionné par les sénateurs, a déclaré qu’il n’avait rien à cacher et que le groupe payait beaucoup d’impôts dans le monde, deux fois plus cette année que l’année dernière. Quoi d’anormal, puisque ses bénéfices ont doublé ?

L’opération « transparence » du PDG ressemble plutôt à de la poudre aux yeux pour cacher qui sont les vrais profiteurs de l’augmentation des prix de l’énergie : les actionnaires du groupe, dont les dividendes explosent.

Orange Cesson-Sévigné 35 :  De l’argent il y en a !

Echo d'entreprise
06/10/2022

Les résultats du groupe au premier semestre sont très bons, contrairement à ce que la direction laisse entendre. En effet, la trésorerie pour cette période est de 1,4 milliards d’euros, en augmentation, et le résultat net s’élève à plus de 1,5 milliards d’euros, en augmentation également.

La direction garantit aux actionnaires le versement de 2 milliards d’euros de dividendes.

Les chiffres ne mentent pas, contrairement à ceux qui sont chargés de nous faire avaler la diminution de notre pouvoir d’achat !

Dior - Saint-Jean-de-Braye (Loiret) :  Les grévistes ne veulent pas des miettes

Echo d'entreprise
06/10/2022

Photo Mélanie Huguet, licence GNU FDL 1.2

Depuis lundi 3 octobre, quatre cent travailleurs de l’usine Christian Dior sont en grève pour les salaires. La grève touche pour l'instant le secteur de la production, soit 1100 personnes sur les 2500 que regroupe le site.

Les 3,3 % d'augmentation accordés en janvier dernier ont été dévorés par l’inflation. C'est surtout bien insuffisant au regard des profits réalisés par le groupe LVMH, qui possède les Parfums Christian Dior.

En effet, celui-ci a annoncé en juillet un bénéfice record, de 6,5 milliards d'euros au premier semestre. Aussi, les grévistes refusent que leur pouvoir d’achat s’effondre et exigent une nouvelle augmentation générale de leur salaire.

Cette grève, ainsi que celle qui vient de toucher les travailleurs de l'usine John Deere, fait beaucoup discuter dans la région, et bien des travailleurs pensent que c'est la voie à suivre.

John Deere - Saran (Loiret) :  Grève pour les salaires

Echo d'entreprise
06/10/2022

Pendant près d'une semaine, plus d'une centaine de travailleurs et de travailleuses de John Deere ont été en grève pour réclamer des augmentations de salaires.

Dans cette entreprise de la proche banlieue d’Orléans, 1300 travailleurs fabriquent des moteurs de tracteurs.

Tous les ans la direction annonce une année record. Cette année, il en est de même !

Pour les travailleurs, ce sont les prix qui augmentent et le pouvoir d'achat qui recule, jusqu'à déclencher cette réaction.

La direction aurait voulu s'en tirer à bon compte en versant une prime. Les travailleurs ont refusé, ils veulent une véritable augmentation, durable.

Mercredi 5 octobre, les grévistes réunis ont voté la reprise du travail. Pour les présents, le compte n’y est évidemment pas, les prix vont continuer d'augmenter. Mais ils ont montré qu'ils pouvaient donner de la voix, et ils savent que dans les prochains mois il leur faudra trouver le moyen de peser de façon encore plus forte.

D'ailleurs la direction, bien consciente du danger, a annoncé le paiement des cinq jours de grève.

 

PSA Metz-Borny et Trémery :  4 500 euros de prime… tous les mois !!

Echo d'entreprise
26/09/2022

Pour rouvrir la centrale Émile Huchet de Carling, la direction a promis à tous les salariés une prime MENSUELLE de 4 500 €. La centrale appartient à GazelEnergie, qui fait partie du groupe EPH du milliardaire Daniel Křetínský, groupe qui a fait en 2020 1,66 milliards € de profit.

4 500 €, c’est le bénéfice par salarié qu’a réalisé Stellantis, tous les mois, au premier semestre.

Alors, augmenter les salaires de 400 €, un salaire minimum de 2 000 € nets, et une prime Gilets jaune de 6 000 €, c’est bien le minimum dans un groupe qui a fait 8 milliards de profits en six mois.

Alstom-General Electric :  Non aux licenciements

Echo d'entreprise
21/09/2022

Elior a annoncé au personnel la fermeture du restaurant de la Découverte pour le 20 octobre. Ne reculant devant rien, elle met en avant les salaires et la baisse de fréquentation. De plus pour faire passer la pilule, Elior a menti en disant que les salariés seraient repris par l’autre restaurant.

Les salariés ne sont en rien responsables et n’ont pas à payer une situation dont seule la direction porte la responsabilité.

Et ils ont raison de la faire savoir en se mettant en grève.

Et la Crise Covid a bon dos ! Elior a touché pendant cette période des subventions importantes liées aux dispositifs gouvernementaux. Le chiffre d’affaires d’Elior group a progressé de 18 % par rapport au premier semestre de 2021.

L’année dernière, 5 personnes avaient déjà été licenciées au restaurant de la Découverte.

Il n’y a aucune raison d'accepter des licenciements dont la seule justification est d'enrichir un peu plus les actionnaires, sans écarter la responsabilité d’Alstom et de General Electric.