Échos des entreprises

CHU de Rouen (Seine-Maritime) :  Protections à géométrie variable

Echo d'entreprise
24/03/2020

Au CHU de Rouen, le manque de matériel, masques et gel hydroalcoolique, est choquant. Au début on a expliqué au personnel que les masques chirurgicaux étaient valables entre 3h et 4h. Puis comme il n'y en avait pas en nombre suffisant pour tout le personnel du CHU, il a fallu les garder toute la journée.

En plus, le personnel du nettoyage mais aussi des services techniques n'a aucune protection, les masques sont réservés prioritairement au personnel soignant. Pourtant le personnel technique et de netoyage s circule dans l’établissement et est tout aussi indispensable à son fonctionnement.

Safran Le Havre (Seine-Maritime) :  Quand la direction joue avec la santé des salariés

Echo d'entreprise
24/03/2020

L’usine Safran près du Havre compte 1700 salariés et produit des nacelles de moteurs d’avion pour le civil et le militaire. Alors que l’épidémie en Chine a officiellement pris une tournure massive dès le mois de janvier, la direction de l’usine a attendu le 26 février pour organiser une réunion de prévention et envisager des mesures de protections. Il y était entre autres préconisé de filtrer les salariés à l’entrée, car certains d’entre eux pouvaient revenir de voyages professionnels, tandis que d’autres pouvaient revenir de voyages privés.

Mais rien ne fut mis en place. Ce qui fait que lorsqu’un salarié apprit sa contamination et en informa immédiatement l’entreprise, il s’était passé pas moins de huit jours entre son retour d’Egypte et son signalement. Huit jours pendant lesquels tout le monde se côtoyait à la cantine, dans les ateliers, les vestiaires etc. Prendre un peu de temps pour prévenir l’épidémie, assurer la santé des travailleurs, et par-delà celle de leurs familles et plus généralement celle de la société toute entière ? Pour cela, encore faudrait-il être responsable, et la direction de Safran l’est vis-à-vis des actionnaires, pas des salariés.

CHS Cadillac (Gironde) :  On paie le prix des politiques contre la santé

Echo d'entreprise
24/03/2020

Chaque jour, les ordres et les contre-ordres tombent sur le personnel qui a vraiment l’impression d’être trimballé comme des pions. Les décisions mettent en danger soignants et patients. Pour des collègues ayant eu un contact avec un cas susceptible d’être touché par le Covid 19 ou pour ceux qui ont des symptômes, la seule consigne c’est de venir quand même au travail, mais avec un masque ! Pour les collègues pouvant travailler en télétravail ou par téléphone, comme les assistantes sociales par exemple, seuls y sont autorisés ceux qui ne peuvent pas avoir de garde pour leurs enfants.

Tous les services extérieurs ont été fermés pour rapatrier le personnel sur l’hôpital. La raison officielle, c’est qu’il faut se préparer à la prochaine vague d’épidémie. Mais cela se fait au détriment des autres patients, de ceux qui attendent un rendez-vous en CMP ou en hôpital de jour. Pour libérer deux services en cas d’épidémie, les patients ont été envoyés dans d’autres services. Résultat : des patients se retrouvent entassés, quelquefois à cinq dans une chambre !

Les hospitaliers subissent au quotidien les conséquences de la politique passée et présente contre la santé, avec les suppressions d’effectifs, la chasse aux économies. Et avec la crise sanitaire actuelle, les conséquences peuvent en être dramatiques !

CHS Cadillac (Gironde) :  Face à la crise, la direction fait du cinéma

Echo d'entreprise
24/03/2020

Dans les services soignants comme dans les ateliers, les cuisines et la blanchisserie, les transports, on manque toujours de gel, de masques, de gants, même de savon, de tout le matériel nécessaire pour se protéger et protéger les patients. Macron dit qu’on est "en guerre": sauf que les travailleurs sont en première ligne… sans les armes !

Face à cette pénurie, la direction a envoyé à chacun un tutoriel expliquant comment fabriquer soi-même notre masque… Alors que la situation est grave, la direction n’a que du bricolage à proposer.

Carrefour – Vénissieux (Rhône) :  Le front et les profiteurs

Echo d'entreprise
24/03/2020

Un débrayage en 2018

     Les salariés de l'hypermarché vont à leur travail la peur au ventre. En effet, les mesures de protections sont insuffisantes depuis le début. Jusqu'alors, il n'y avait pas assez de masques, et ceux qui sont maintenant distribués sont périmés. Or la semaine du 16 mars, ils ont été exposés à l'afflux considérable de clients avec très peu de protections. Le PDG de Carrefour, Bompard, se dédouane, dans un courrier adressé au personnel, en prétextant la réquisition par le gouvernement de son stock de masques non-périmés.

     De plus, dès la semaine dernière, il y a eu les premiers cas de salariés suspectés d'être contaminés. Mais la direction n'a pas jugé utile d'avertir et d'isoler les travailleurs qui avaient été en contact avec les contaminés. Alors, lorsque le PDG annonce qu'il va donner une prime de 1000 euros à ceux qui sont en première ligne, comme les travailleurs de la grande distribution, beaucoup se disent que ce n'est pas cher payé, lorsqu'on risque sa vie ! Lui, comme les actionnaires pour qui il travaille, sont plus préoccupés par leur chiffre d'affaires et les bénéfices qu'ils peuvent en retirer que la sécurité des salariés.

Hôpital psychiatrique Saint-Jean-de-Dieu - Lyon :  La direction pas du tout solidaire des personnels !

Echo d'entreprise
23/03/2020

     L’hôpital est fermé aux visiteurs. Depuis peu, les patients ne peuvent plus sortir dans le parc et sont confinés dans leurs services. Une unité de 12 lits a été ouverte à destination des patients qui seraient positifs au Covid 19.

     Le plan blanc a été déclenché : infirmiers et aides-soignants travaillent 5 ou 6 jours, puis la semaine qui suit sont « en réserve » chez eux, mobilisables à tout moment pour suppléer aux absences. Il a été fait appel aux « jeunes » retraités. Les équipes ASH n’ont pas été renforcées malgré l’augmentation de la charge de travail. Comme partout, le matériel manque cruellement !

     A l’extérieur, des initiatives solidaires à l’égard des hospitaliers se développent de plus en plus : des boulangers livrent le pain et les croissants, d’autres des pizzas, certains se portent volontaires pour garder leurs enfants, les héberger, les applaudissements tous les soirs…

     Contre toute attente, comme le resto du personnel est fermé, la direction a annoncé que pour se nourrir, les personnels doivent apporter leur repas !!! Alors qu’il serait simple de commander quelques repas en plus de ceux des patients. Nous sommes en guerre (6 fois), mais là encore, les soldats sont envoyés au front sans armes (très peu de masques) et qui plus est sans la ration alimentaire !

 

 

 

La Poste Paris 17ème  :  Face au coronavirus, l'irresponsabilité de La Poste

Echo d'entreprise
23/03/2020

DRÔLE DE GUERRE

Au lendemain de l’allocution de Macron, tout le monde devait se considérer en guerre contre la pandémie du coronavirus.

Si pour faire la guerre il faut des armes, il a fallu que les facteurs les réclament pour que La Poste se décide et ce n’est qu’aujourd’hui qu'il y a à la fois du liquide pour se laver les mains, des lingettes et des masques.

Non seulement il faut se protéger du coronavirus mais il faut aussi se protéger de l’irresponsabilité de La Poste !

UNE POLITIQUE NÉFASTE.

Porter des repas ou des médicaments à domicile, ou « veillez sur mes parents » sont des services mis en place par La Poste qui dans cette période sont bien utiles. Et même le simple passage du facteur est pour certains, en particulier en zone rurale, bien souvent la seule visite humaine.

Mais en supprimant des dizaines de milliers d’emplois, des centres et des bureaux, La Poste a rendu la possibilité de rendre ces services plus difficile.

Michelin - St Doulchard (Cher) :  Le bulletin numérique Lutte Ouvrière – Michelin St Doulchard

Echo d'entreprise
23/03/2020

A Michelin, la santé des profits passe avant la santé des ouvriers

Deux camions venant d’Italie tous les jours alimenter l’usine, 80 ouvriers doivent continuer à travailler, week-end compris, jusqu'à épuisement des matières premières.

Et cela, sans être protégés, peu de masques et de gants, sans gels hydro-alcooliques, ni essuie-mains à usage unique. Le sopalin doit être trop cher pour un groupe comme Michelin !

La direction contraint ces travailleurs, qui sont en 3x8, donc travaillant 24h sur 24, à honorer les commandes de pneus pour les F35, les avions de chasse de l’armée américaine, qui ainsi pourront continuer à semer la mort aux quatre coins de la planète.

Un marché sans doute très rentable que la direction du groupe Michelin ne veut perdre à aucun prix. Dans l’usine, ce que les travailleurs veulent garder, eux, c’est leur santé.

Pas touche aux congés annuels !

Au lieu de chômage partiel comme elle l’avait d’abord annoncé, la direction impose, du 18 au 31 mars, de prendre la 5ème semaine de congés annuels, des jours sur les Comptes Epargne Temps individuel ou collectif, et des JDR (RTT) pour ceux qui en ont.

On voit bien ce qui se profile à l’horizon : se retrouver à travailler cet été avec des températures jusqu’à 45 degrés dans les ateliers.

Mais pas question d’être confiné au boulot en juillet-août.

Pas un centime en moins sur la paye

À partir de début Avril, la direction prévoit, si le confinement continue, de mettre les travailleurs en chômage partiel en payant 80% du salaire brut au lieu des 70% annoncés par le gouvernement.

Vraiment une aumône alors que Michelin a fait plus de 10 milliards d'euros de bénéfices ces 7 dernières années, dont 1,7 milliard l’an dernier.

C’est sur ce pactole et les dividendes versés aux actionnaires qu’il faudra les obliger à prendre pour verser l’intégralité du montant des salaires, primes comprises.

Partagez et faites circuler par tous moyens numériques ou papier dont vous disposez.

lien vers l'éditorial des bulletins du 23 mars

Renault Trucks (Vénissieux) :  Seule la mobilisation peut protéger les travailleurs

Echo d'entreprise
23/03/2020

     À Renault Trucks, ce n’est qu’à la suite d’arrêts de travail dans les usines de Bourg, Vénissieux et Blainville, au début de la semaine du 16 mars, que la direction avait finalement annoncé la fermeture de tous les sites de production. Mais en fait certains secteurs tournent toujours. C’est le cas à Vénissieux à la Pièce de rechange et aussi à la Fonderie.

     Une délégation de travailleurs est allée interpeller la direction de la PR mercredi 18 pour demander la fermeture du secteur et de ne servir que les pièces urgentes. Car la direction, qui prend prétexte de la nécessité légitime d’assurer un bon fonctionnement des camions transportant du matériel soit pour les services de santé, soit qui approvisionnent la population en nourriture, en profite pour servir toutes sortes de pièces urgentes ou pas. Elle avait promis une diminution des effectifs à partir du lundi 23, il n’en a rien été, bien au contraire : l’effectif a même augmenté avec des intérimaires et des étudiants.

     Ce même lundi, au début de l’équipe du matin, les travailleurs ont eu la surprise de constater que des affichettes étaient placées à l’entrée d’une « zone infectée par le COVID 19 ». Et aux travailleurs qui ont arrêté le travail pour obtenir des explications, la direction et la médecine du travail ont affirmé qu’il y avait peu de risque d’attraper le virus. Il n'y a que par leur mobilisation qu’ils feront passer leur santé et leur vie avant la production et les profits.

PIC Cestas (Gironde) :  La direction joue avec la peau des travailleurs

Echo d'entreprise
23/03/2020

Lundi 16 mars, le gouvernement décrétait le confinement pour  se mettre, disait-il, en guerre contre le coronavirus.

La direction de la plateforme de tri courrier de Cestas et plus largement celle de La Poste, n’a pas eu, quant à elle, envie d’aller au front !

Cette plateforme est restée ouverte toute la semaine, mettant en danger les travailleurs. L’argument avancé était la nécessité d’assurer un service public. Comme s’il était vital de recevoir, publicité, recommandé, courrier et factures en ces périodes de risques de propagation.

Aucune protection n’avait été prévue, pas de gel, pas de gants, alors qu’on manipule toute la journée, des lettres, des colis, ordinateurs, des bacs. Finalement la direction, devant le peu de candidat aux risques, décidait de fermer le centre……. uniquement samedi 21. Alors beaucoup d’entre nous ont utilisé cette semaine là, le droit de retrait, ou se sont arrêtés en maladie, ou ont posé des congés, les intérimaires ou les CDD étant eu coincés et contraints de venir.

Mais la fermeture n’a été qu’éphémère, puisque dès ce lundi, la direction rouvre le centre, prétextant qu’elle a mis en place tout pour la sécurité. Les mesures sont loin, très loin d’assurer la sécurité des 700 salariés que compte la PIC de Cestas. Du gel hydro-alcoolique est arrivé, et un sens de circulation pour entrée et sortir du centre a été instauré. De vraies mesures de guerre ! Pour les masques et les gants, la direction se transforme en spécialiste médicale puisqu’elle certifie qu’ils ne sont pas nécessaires.

Le centre qui n’a aucun intérêt vital pour la population doit fermer immédiatement, et les salaires versés intégralement. Cela, La Poste ne le fera pas d’elle-même, il faudra que nous l’imposions collectivement.