Brèves

Algérie : la pression de la rue ne faiblit pas

Brève
06/04/2019

Pour un septième vendredi d’affilée, des millions de personnes ont manifesté à travers toute l’Algérie. Après avoir imposé le départ de Bouteflika, elles exigent celui du président du Sénat, du Premier ministre et du président du Conseil constitutionnel, en fait de l’ensemble des responsables de ce système corrompu. « On a dit tout le monde, c’est tout le monde » disait une banderole, visant le chef d’état-major de l’armée, le général Ahmed Gaïd Salah, qui, après l’avoir soutenu durant des années, a finalement demandé la démission de Bouteflika, dans l’espoir de sauver les meubles.

La population algérienne n’entend pas se faire déposséder de son mouvement. La meilleure garantie pour les travailleurs serait qu’ils s’organisent sur leurs lieux de travail et dans les quartiers populaires.

Castaner complice des noyades en Méditerranée

Brève
06/04/2019

Castaner a déclaré que les ONG qui aident les migrants en Méditerranée « ont pu se faire complices » des passeurs. En cela, et par un calcul politicien crapuleux, il entonne le refrain de l’extrême droite française.

Mais en verrouillant les frontières de l’Europe et en empêchant la libre circulation de personnes qui fuient la guerre ou la misère au péril de leur vie pour tenter leur chance en Europe, ce sont bien ces gouvernements, comme celui auquel appartient Castaner, qui ne laissent d’autre choix aux migrants que d’utiliser faute de mieux les services de ces passeurs pour certains sans scrupule.

Comme ce sont bien ces gouvernements qui sont responsables des milliers de migrants morts noyés chaque année en Méditerranée.

Facture électrique : de quoi nous faire disjoncter

Brève
06/04/2019

Une étude de l’Insee confirme que les tarifs de l’électricité ont augmenté beaucoup plus vite que l’inflation depuis une dizaine d’années, soit une hausse d’environ 50 %. Outre les entreprises du secteur et leurs actionnaires, les gouvernements successifs n’y sont pas pour rien puisque la part des taxes et des prélèvements dans le prix total a atteint 35 % en 2016, contre 26 % en 2010. Et ce n’est pas la hausse de 6% qui vient d’être annoncée qui va inverser la tendance ! Une raison de plus pour indexer les salaires et les pensions sur la hausse des prix réellement vérifiée par les consommateurs.

Maroc : l’État s’acharne contre les dirigeants de la révolte du Hirak

Brève
06/04/2019

Les 42 dirigeants du mouvement du Hirak, qui avait soulevé la région marocaine du Rif en 2016 et 2017 ont vu leurs peines confirmées par la Cour d’appel de Casablanca : elles sont de 15 à 20 ans de prison pour ceux désignés comme les responsables de ce prétendu « complot visant à porter atteinte à la sécurité de l’État » selon les termes employés par la justice. Le mouvement du Hirak avait été déclenché par la mort d’un vendeur de poissons, broyé dans une benne à ordures en tentant de s’opposer à la saisie de sa marchandise. La dictature marocaine, qui bénéficie du soutien sans faille de l’État français depuis des décennies, entend terroriser les classes populaires pour briser toute contestation. Il faut espérer qu’elle n’y  parviendra pas, d’autant que ce qu’accomplit en ce moment le peuple algérien les aidera à renforcer leur détermination.

Levothyrox : le profit avant la vérité

Brève
05/04/2019

Une étude scientifique récente donne raison aux plaintes des dizaines de milliers de malades de la thyroïde qui avaient ressenti des malaises avec la nouvelle formule du Levothyrox commercialisée par le labo pharmaceutique Merck. Une étude difficilement réfutable puisqu’elle s’appuie sur les données du labo lui-même.

Pourtant l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament avait refusé de prendre en compte les plaintes des patients, et la justice avait débouté 4 000  d’entre eux en expliquant qu’il n’y avait pas eu de défaut de communication du la part du laboratoire. Une étude qui fait la démonstration que les pouvoirs publics et la Justice sont à plat ventre devant les labos pharmaceutiques, c’est pas si courant.

Génocide au Rwanda : 25 ans de mensonges de l’État français

Brève
05/04/2019

Alors que le Rwanda s’apprête à commémorer le 25e anniversaire du génocide qui, en trois mois, avait fait autour de 800 000 morts, les gouvernements français successifs n’ont eu de cesse de masquer la responsabilité de la France et de son armée jusqu’aux plus hauts sommets de l’État dans ce massacre. Les associations comme Survie qui dénoncent cette complicité exigent, à juste titre, que les documents officiels soient rendus publics et que soit mis un terme à l’impunité dont jouissent anciens ministres et officiers. Oui, il faut que la vérité sur ce massacre soit faite.

Libye : le chaos permanent

Brève
05/04/2019

Haftar et Macron

Le maréchal Khalifa Haftar, qui contrôle l’est de la Libye, a lancé ses troupes pour prendre le contrôle de Tripoli, la capitale du pays, contrôlée par un gouvernement d’« union nationale », tout aussi autoproclamé mais reconnu par les grandes puissances et l’ONU. En réalité, depuis l’intervention militaire de 2011 et la chute du dictateur Kadhafi, ce pays riche en pétrole est en proie au chaos et aux bandes armées qui s’en disputent le contrôle. Partout l’ordre impérialiste sème désordre, guerre et barbarie.

Scène de la vie conjugale bourgeoise

Brève
05/04/2019

Pour cause de divorce, Jeff Bezos, propriétaire entre autres d’Amazon, l’homme le plus riche du monde, va céder pour environ 36 milliards de dollars à sa future ex-femme, qui devrait ainsi devenir la 3e femme la plus riche du monde. Mais les marchés financiers respirent, Bezos va garder le contrôle des actions du couple dans Amazon, ce qui serait un gage de stabilité. Quand les travailleurs exproprieront les capitalistes, il ne faudra pas oublier les comptes des femmes, ex-femmes et maîtresses de ces gens-là, qui servent souvent de prête-nom à tous ces richards.

Leur indice des prix et le nôtre

Brève
04/04/2019

Carburant, assurance, péage : rouler en voiture coûte de plus en plus cher. Les chiffres de l'enquête annuelle de l'Automobile club confirment ce que chacun constate. Le prix du sans-plomb 95 hors taxe a ainsi augmenté l’an passé de 15,4 % et le prix du gazole de 22,5 %. Et les taxes ont progressé de 6 % pour l'essence et de 12,9 % pour le gazole. À cela, il faut ajouter les dépenses d'entretien, qui ont augmenté de 3,4 à 3,8 % et les primes d'assurance, qui ont crû de 2,5 %. Des hausses bien supérieures aux chiffres officiels de l’inflation et qui frappent en premier lieu les travailleurs qui n’ont pas d’autre choix que de prendre leur voiture pour aller se faire exploiter.

En imposant leur contrôle sur les prix, les travailleurs pourraient imposer l’indexation véritable des salaires sur leur évolution.

Imprimer txt