Brèves

Nokia : non aux suppressions d’emplois !

Brève
22/06/2020

Le siège de Nokia en Finlande

Chez Nokia, les travailleurs font face à un 4ème « plan social » en quatre ans, touchant 1 230 salariés, notamment sur les sites de Lannion dans les Côtes d'Armor et de Nozay dans l'Essonne. Cette fois, le plan de licenciements répondra au doux nom de « plan de transformation ».

Quand Nokia avait racheté Alcatel Lucent en 2016, les dirigeants du groupe avaient pris l'engagement auprès du gouvernement de ne pas tailler dans les effectifs de la recherche et du développement pendant quatre ans. En 2020, à peine l'échéance atteinte, les voilà qui sautent sur l'occasion offerte par la crise sanitaire pour effectuer les coupes depuis longtemps envisagées.

Les travailleurs n'ont pas à accepter de nouveaux sacrifices pour les profits des actionnaires. Pour sauver les emplois, répartition du travail entre tous sans perte de salaire, quitte à prendre sur les profits passés et les fortunes des gros actionnaires !

Steve, un an déjà

Brève
22/06/2020

Ce dimanche 21 juin à Nantes, des milliers de personnes ont marché pour réclamer justice dans l’affaire de Steve Maia Caniço, ce jeune homme mort noyé dans la Loire il y a précisément un an, lors de la Fête de la musique, suite à une charge de la police contre ces jeunes faisant la fête. Depuis, le commissaire responsable de cette attaque meurtrière a été muté, mais ni démis de ses fonctions ni jugé.

Cela illustre ce que le récent mouvement de la jeunesse contre les violences policières a eu le mérite de rappeler : non seulement les violences policières existent en France, mais les coupables s'en tirent trop souvent à bon compte.

Salaires des hospitaliers : promesses à la saint-glin-glin

Brève
22/06/2020

En manifestation le 19 mai 2019, déjà...

Pour calmer la colère des travailleurs hospitaliers - qui s'est encore exprimée dans la rue la semaine dernière - le gouvernement serait prêt, dit-on, à faire un geste pour leur rémunération.

Mais il reste dans le flou. De nombreuses primes différentes - qui avaient été accordées au fil du temps pour éviter des augmentations de salaires - seraient refondues. Mais cela ne veut pas dire plus d'argent sur la feuille de paie.

L'augmentation des salaires serait annoncée bientôt, mais il faudrait attentre le 1er janvier prochain pour la toucher. Le gouvernement veut donc que les hospitaliers, dont le mouvement pour les salaires a commencé en mars 2019, attendent 2021... C'est se foutre du monde !

L’école reprend normalement... sur le papier

Brève
22/06/2020

Aujourd'hui 22 juin, les crèches, écoles et collèges sont censés accueillir la totalité des élèves, ensemble. Emmanuel Macron l'avait annoncé la semaine dernière dans son intervention télévisée, à la surprise d'une partie du personnel enseignant. Si tous ressentent le besoin d'un retour à la normale, procéder de cette façon relève surtout de l'effet d'annonce à destination du patronat à qui on permet ainsi de récupérer tous ses salariés.

Dans les faits, il est compliqué de rechanger les emplois du temps et la disposition des salles de classe, et ce pour souvent une seule semaine de cours restante. Bien des collèges et des écoles en restent donc à un accueil limité des élèves.

À défaut de rouvrir l'école intégralement, Macron et son gouvernement auront remis du stress et des tensions chez nombre d'enseignants et de parents.

Cachez ces violences policières que je ne saurais voir

Brève
22/06/2020

Le syndicat de policiers Alliance appelle à une manifestation contre une fresque représentant George Floyd et Adama Traoré accompagnés de la phrase « contre le racisme et les violences policières ». Ce syndicat critique le maire de Stains qui défend cette fresque et demande que l'adjectif « policières » soit effacé, prétextant que cet adjectif incriminerait l'ensemble des policiers.

Il faudrait que ces syndicalistes apprennent un peu mieux la grammaire, et même à mieux lire. Les violences exercées par la police, quand elle matraque ou étrangle, cela s'appelle comment ? Des caresses ou des cajoleries ?

Les industriels du verre s’attaquent aux emplois

Brève
22/06/2020

Verallia, anciennement Saint-Gobain, leader européen de l'emballage en verre pour l'industrie alimentaire, avec notamment la production de bouteilles pour les boissons, annonce la suppression de 130 emplois dans les usines du pays.

Les beaux discours des ministres sur la préservation de l'emploi glissent comme des gouttes sur une vitre. Les patrons verriers mettent en avant la nécessité de maintenir la compétitivité face à la concurrence et prévoient, crise ou pas, le maintien du niveau des dividendes pour les actionnaires. C'est transparent !

Des papiers pour tous !

Brève
22/06/2020

Trois semaines après une première manifestation réussie, des milliers de sans-papiers ont défilé samedi 20 juin à Paris ainsi qu'à Lyon, Rennes, Montpellier ou Strasbourg.

Parmi ces manifestants, il y avait nombre de travailleurs qui ont assuré des tâches indispensables pendant le confinement, que ce soit dans le nettoyage, la sécurité, la livraison. L'absence de papiers les condamne à accepter du travail au noir ou à tricher en utilisant, des papiers d'un autre, souvent en payant. Des patrons en sortent gagnants car ils imposent des conditions encore plus dures à ceux qui vivent sous la menace permanente d'une arrestation.

Les travailleurs de toutes origines et nationalités ont affaire au même patronat et aux mêmes autorités. Ils doivent avoir les mêmes droits, et cela commence par la régularisation de tous les sans-papiers.

Bataille de politiciens bourgeois sur la tombe de De Gaulle

Brève
19/06/2020

Les politiciens déjà en lice pour la présidentielle de 2022 se pressent autour des commémorations de l'appel du 18 juin 1940 de De Gaulle. Macron assiste aux cérémonies officielles et joue au rassembleur de la nation alors qu'il gouverne au service des plus riches. Marine Le Pen était hier à l'île de Sein afin de glorifier le tout récent ralliement de son parti, jusqu'ici plutôt pétainiste, à De Gaulle.

En se battant pour récupérer la dépouille de De Gaulle, fidèle serviteur de la bourgeoisie française et ennemi du monde du travail, Macron et Le Pen confirment, s'il en était besoin, quel camp ils servent.

Grande distribution : droits des travailleurs en solde

Brève
19/06/2020

Des enseignes de la grande distribution comme Monoprix ou Franprix ont embauché des « autoentrepreneurs » durant le confinement, recrutés via des sociétés internet qui empochaient 20 % de commissions sur leur dos. Ces travailleurs, qui n'ont d'entrepreneurs que le nom, travaillaient jusqu'à 52h par semaine tandis que les employés des enseignes restaient, eux, avec leur temps partiel, et leur salaire partiel, imposés.

Avec Uber, Deliveroo, Monoprix... les sociétés exploitant la précarité des travailleurs se multiplient. Mais les mobilisations récentes chez Uber et ailleurs, ont montré que la précarité et l'individualisation du travail n'empêchaient pas ces nouveaux exploités de trouver le chemin des luttes collectives.

Imprimer txt