Brèves

Fausse baisse du chômage

Brève
26/11/2020

Les chiffres du chômage pour la catégorie A, recensant ceux qui n’ont eu aucune activité dans le mois, ont baissé de 1,6 % en octobre. Toutes catégories confondues, le nombre de chômeurs s’élève à plus de 6 millions de personnes. S’il a légèrement diminué depuis 6 mois, il reste bien supérieur à ce qu’il était avant le début de la crise sanitaire.

Et c’est sans compter l’augmentation brutale à venir car les annonces de licenciements de ces dernières semaines ne seront effectives que dans quelques mois. Pourtant, dans les entreprises, les cadences ne diminuent pas et dans les services publics, les besoins restent immenses. Plus que jamais, la répartition du travail entre tous sans diminution de salaire est à mettre à l’ordre du jour des futures luttes !

Les cordons de la bourse grand ouvert pour le patronat

Brève
26/11/2020

L’aide aux entreprises fermées devrait coûter 1,6 milliards d’euros par mois à l’État. Cette somme ne cesse d’augmenter car Le Maire, le ministre de l’Économie a annoncé que dorénavant le fonds de solidarité ne serait plus uniquement réservé aux entreprises de moins de 50 salariés.

Comme à chaque fois, sous prétexte d’aider les petites entreprises, le gouvernement aide surtout les plus grosses.

Les travailleurs ont faim car les capitalistes ont soif

Brève
26/11/2020

Alors que commence leur campagne d’hiver, les Restos du cœur alertent : les inscriptions ont bondi de 10 % en France, avec une explosion des demandes de +45 % en Seine-Saint-Denis, et + 30 % à Paris. Quoi d’étonnant ? Licenciements, suppressions d’emplois et fins de missions se multiplient depuis des mois. Quant à ceux qui n’avaient pas d’emplois jusque-là, ils perdent toute chance d’en trouver.

Si le coronavirus est d’origine naturelle, ce n’est pas le cas du chômage, conséquence directe de la soif de profit des capitalistes, tel Danone, multinationale richissime qui supprime 2000 postes dans le monde. Pour ne pas se retrouver à la rue, les travailleurs doivent se préparer, s’organiser, faire bloc face au patronat, tueur d’emplois qui brise la vie de centaines de milliers de personnes.

Un ministre bien entreprenant…

Brève
26/11/2020

Depuis des semaines, le ministre en charge des PME, Alain Griset, explique aux petits commerçants qu'ils doivent accepter des sacrifices en restant fermés. Il est aujourd'hui mis en cause par la Haute autorité pour la transparence de la vie publique qui a pointé du doigt quelques oublis dans sa déclaration d'intérêts. En outre, il aurait placé sur son propre PEA de l'argent qui appartient en fait à la Confédération nationale de l'artisanat et des services.

Entreprenant, oui, mais pour sa pomme...

Son nom est Bismuth… Paul Bismuth

Brève
24/11/2020

Le procès de Sarkozy, reporté de quelques jours pour cause de maladie d’un prévenu, se tiendra-t- il ou sera-t-il reporté aux calendes grecques ? Tout est possible. Sarkozy, accusé de corruption et de trafic d’influence, est soupçonné d’avoir tenté d’obtenir auprès d’un magistrat des informations le concernant dans une autre affaire, et de lui avoir pour cela promis un poste prestigieux à Monaco. Le Parquet national financier, organisme judiciaire en charge de ces problèmes, dénonce des méthodes dignes de « délinquants chevronnés » : le pot aux roses avait en effet été découvert par les écoutes d’une ligne téléphonique secrète que Sarkozy, président, avait ouverte sous le nom de Paul Bismuth.

Cela a l’allure d’un mauvais polar, mais quand on sait que ce sont des gens comme ceux-là qui nous gouvernent !

Tartuffe avec matraque

Brève
24/11/2020

Moins d’une heure après avoir tenté d’installer un campement Place de la République, à Paris, plusieurs centaines de migrants en ont été expulsés par la police, à coups de gaz lacrymogène et de grenades de désencerclement. Pour la plupart Afghans, ils avaient déjà été expulsés d’un camp la semaine dernière. Et, sans solution, ils erraient dans les rues.

Même Darmanin, premier flic de France, a trouvé « choquantes » les images de l’expulsion de la place de la République, et demande des éclaircissements au préfet. Quelle parodie! Car qui commande aux policiers, qui les flatte et les cajole ? Qui cultive le racisme et la haine en essayant de faire voter des lois pour empêcher que se diffusent des images des brutalités policières ? De vrais hypocrites, qui refusent d’accueillir les réfugiés et encouragent les policiers à jouer de la matraque. Voilà le résultat ! Pas besoin de demander des éclaircissements.

Plan pour les quartiers : les promesses et ce qu'elles valent

Brève
24/11/2020

Le 14 novembre, 180 maires ont écrit une lettre ouverte à Macron pour réclamer qu'un milliard du plan de relance soit réservé aux quartiers populaires. Ils craignent, à juste titre, la rapide dégradation de la situation pour leurs habitants. Castex annonce qu'il va « généreusement » accéder à leur demande. Mais en regardant de plus près, il ne s'agit que de l'addition de sommes déjà prévues, comme les primes à l'embauche, les aides à la rénovation urbaine...

Pour les classes populaires, des miettes déjà promises; et pour les grosses entreprises, des milliards sonnants et trébuchants.

Danone : non aux licenciements !

Brève
24/11/2020

Danone a annoncé la suppression de 2 000 postes dans le monde dont plus de 400 en France. L’entreprise a pourtant fait 1,7 milliard de bénéfice rien que sur le premier semestre de 2020. Et comme d’autres grandes entreprises, Danone utilise le prétexte de la crise sanitaire pour réduire sa masse salariale. Il s’agirait aussi de soigner les actionnaires en essayant d’enrayer la baisse de la valeur de l’action de ces derniers mois.

Danone a de quoi payer, ce n’est pas aux travailleurs d’étancher la soif de profit des actionnaires !

Démocratie virtuelle, dictateurs réels

Brève
24/11/2020

Le prince saoudien Mohammed ben Salmane

Le G20, cette rencontre entre les vingt pays les plus puissants de la planète, s’est tenu en visioconférence, Covid oblige. La présidence était occupée par l’Arabie saoudite, dont le pouvoir étouffe la liberté de la presse, impose une dictature aux femmes, assassine ses opposants et finance même des groupes djihadistes. Mais c’est un bon client pour les industriels de l’armement et une pièce maîtresse de l’ordre imposé par les grandes puissances au Moyen-Orient.

Cela suffit à mesurer ce que valent les discours sur la liberté et sur la lutte contre l’islamisme radical prononcés par les dirigeants occidentaux, Macron en tête.

Imprimer txt