Brèves

États-Unis : capitalisme meurtrier

Brève
03/03/2021

droits Gina Ferazzi/ LA Times

Le 2 mars, un terrible accident de la route a tué au moins 13 hommes et femmes et fait plusieurs blessés en Californie, près de la frontière mexicaine.

Ils étaient deux douzaines d'ouvriers agricoles entassés dans une camionnette, dont une partie de sans-papiers. Ce qui est fréquent dans cette région où les propriétaires exploitent une main d'oeuvre abondante et privée de droits, permettant aux patrons de maintenir les salaires bas.

L'accident a aussi impliqué un poids lourd conduit par un routier de 68 ans, gravement blessé. Aux États-Unis, il n'est pas exceptionnel que des travailleurs âgés n'aient d'autre choix que de continuer à travailler car ils ne s'en sortiraient pas avec une retraite trop faible.

Ce drame est celui de la route. Mais c'est aussi celui provoqué par l'exploitation sans limite.

Chômage : le gouvernement s’en prend aux chômeurs

Brève
03/03/2021

Elisabeth Borne, la ministre du Travail

Le gouvernement a annoncé l'entrée en vigueur prochaine de sa réforme de l'assurance-chômage. À partir de juillet, un changement du mode de calcul entraînera une baisse des allocations pour 40 % des bénéficiaires. À partir d'octobre, il faudra avoir travaillé plus longtemps pour avoir droit à une allocation.

Le gouvernement prétend ainsi favoriser le retour à l'emploi, Comme si les chômeurs s'installaient dans le chômage au lieu de chercher un travail ! Il s'agit en réalité, par cette « réforme », d'économiser plus d'un milliard d'euros sur le dos des chômeurs.

La lutte contre le chômage supposerait une toute autre politique : imposer au patronat la répartition du travail entre tous, en prenant sur les profits des capitalistes pour que tous les travailleurs aient un salaire suffisant pour vivre. Mais obtenir cela de nos gouvernants, c'est demander du lait à un bouc.

Violences dans les quartiers populaires : démagogie sécuritaire du gouvernement

Brève
03/03/2021

Face aux récentes violences entre jeunes, parfois mortelles, l'unique réponse du gouvernement a été une réunion le 1er mars entre les ministres de l'Intérieur, de la Justice et de l'Éducation nationale, pour promettre un renforcement de la répression policière et judiciaire.

La montée des comportements violents chez certains adolescents des cités est une des conséquences dramatiques de la crise de cette société : entre familles frappées par le chômage et la pauvreté et services publics à l'abandon, des jeunes dans les quartiers les plus pauvres sont à la dérive.

Mais ce gouvernement n'envisage évidemment pas d'utiliser les milliards qu'il distribue aux riches et aux grands patrons pour améliorer la vie des familles populaires. Par contre, il instrumentalise les évènements récents pour blâmer les parents et en rajouter, sans vergogne, dans la démagogie sécuritaire. Comme d'habitude.

Guerre d’Algérie : une reconnaissance toute diplomatique

Brève
03/03/2021

Ali Boumendjel, assassiné par l'armée française à l'âge de 37 ans

À la suite d'une des recommandations d'un rapport de l'historien Benjamin Stora sur la colonisation de l'Algérie et sur sa guerre pour son indépendance, Macron vient de reconnaître officiellement, plus de soixante ans après les faits, la torture et l'assassinat en 1957 du militant algérien, l'avocat Ali Boumendjel, que les parachutistes français avaient à l'époque maquillé en suicide.

Cette reconnaissance tardive n'efface pas ce qui s'est passé à l'époque : la défense féroce des intérêts des colonisateurs, qui marque encore la politique de l'État français à l'égard de ses anciennes colonies d'Afrique.

Le gouvernement, dont les troupes s'embourbent aujourd'hui au Sahel, peut bien faire ce geste qui ne lui coûte pas grand-chose à destination d'un État algérien, cela n'excuse rien les exactions passées. Mais cela permet au moins de rappeler la barbarie sans limite dont sont capables ceux qui osent nous expliquer encore aujourd'hui que la colonisation avait été porteuse de civilisation.

Covax : loin des besoins réels

Brève
03/03/2021

Le programme Covax de l'OMS organise une distribution de vaccin auprès des pays les plus démunis, à partir de dons des pays riches. Certains pays africains viennent de recevoir leurs premières doses le 2 mars.

Ce serait en effet indispensable de vacciner partout sur la planète pour bloquer la progression de la pandémie et l'apparition de variants du virus. Mais même dans les pays riches c'est encore loin d'être le cas.

Au Nigéria, 4 millions de doses sont arrivées et il en est prévu 16 millions au cours des prochains mois, pour un pays qui compte... 200 millions d'habitants !

L'OMS déplore la réduction du nombre de doses allouées à Covax, à cause, dit-elle, de « certains pays riches » qui s'accaparent le vaccin. Pour une véritable organisation mondiale de la santé il faudra une économie débarrassée des frontières et de la concurrence capitaliste.

Sarkozy se prend le karcher en boomerang

Brève
02/03/2021

Sarkozy vient d'être condamné à trois ans de prison, dont un ferme. Il est accusé d'avoir conclu un pacte avec son propre avocat et un magistrat pour lui soutirer des informations sur une autre affaire judiciaire dans laquelle il était mis en cause. Cela en dit long sur leur conception et leur utilisation de la justice.

Les sarkozystes et assimilés, une grande partie de la droite, ont immédiatement dénoncé la sévérité du jugement. Ils avaient plutôt pour habitude de taxer la justice de laxisme et de réclamer une « tolérance zéro » pour les délinquants. Mais pour tout ce petit monde, les rigueurs de la loi ne devraient s'appliquer qu'aux manants des classes populaires.

Danone : les actionnaires en auront plus

Brève
02/03/2021

Emmanuel Faber

Dans une lutte de pouvoir à la direction de Danone, le PDG Emmanuel Faber vient de perdre une manche. Il avait beaucoup communiqué ces dernières années, quand Danone avait pris le statut d'« entreprise à mission sociale et environnementale », une première pour un groupe coté en Bourse depuis que la loi Pacte de 2019 avait inventé ce gadget.

Faber s'est donc présenté comme un patron social. Pourtant sa dernière décision à la tête de Danone est essentiellement financière : assurer les actionnaires qu'ils gagneront 850 millions d'euros dans une opération de rachat d'actions du groupe afin de les détruire, et de cette façon d'en faire grimper le cours.

Ces gens-là sont « sociaux » surtout pour leur pomme.

Chlordécone aux Antilles : non à l'impunité !

Brève
01/03/2021

Zones polluées au chlordécone en Martinique. Carte officielle réalisée en 2015

Samedi, des milliers de manifestants ont défilé à Fort-de-France, en Martinique, contre la menace de prescription dans le dossier du chlordécone.

La toxicité et la persistance de cet insecticide dans l'environnement étaient connues depuis les années 1960. Mais il est resté autorisé et massivement utilisé entre 1972 et 1993 dans les bananeraies des Antilles, empoisonnant les sols mais aussi les ouvriers agricoles et 90 % de la population adulte, possiblement en lien avec des taux record de cancer de la prostate.

Il serait scandaleux que les criminels, les grands planteurs, tous ceux qui s'enrichissent de la banane et l'État qui les a laissés faire, échappent au procès.

Essais nucléaires français : 60 ans plus tard, l’Algérie toujours contaminée

Brève
01/03/2021

Début février, des vents du sud ont apporté sur la France du sable du Sahara, et l'analyse d'échantillons effectuée a révélé la présence de césium-137, une substance radioactive.

Pour les scientifiques, l'origine de ces traces ne fait aucun doute : elles sont un produit des 16 essais nucléaires officiellement réalisés par la France dans le désert algérien entre 1960 et 1966. Si les quantités qui ont traversé la Méditerranée sont infimes, la contamination du territoire algérien par le césium-137, elle, demeure importante et nocive.

Mais les autorités françaises refusent de prendre en charge la décontamination des sites des essais nucléaires ou même de partager avec l'État algérien certaines informations qui permettraient d'y contribuer.

Il est fini, le temps des colonies. Mais pas celui du mépris des populations qui ont subi la tutelle coloniale.

Imprimer txt