Brèves

Michelin en guerre contre les emplois

Brève
11/10/2019

Michelin a annoncé la fermeture de l'usine de la Roche-sur-Yon, en Vendée. 619 emplois sont directement menacés, sans compter les nombreux travailleurs sous-traitants. Premier fabricant mondial de pneus, Michelin roule sur l'or avec des profits qui ont atteint 1,6 milliard d'euros. Quand Michelin invoque le manque de rentabilité, c'est un mensonge grossier. Quant à la concurrence des autres fabricants, si elle fait rage dans cette économie en crise, ce n'est pas la faute des travailleurs. Ce n'est donc pas à eux d'en payer les conséquences.

Des dizaines d'ouvriers rassemblés devant l'usine ont crié cela au directeur de Michelin France. La mobilisation ne fait que commencer !

Michelin : menteurs comme des capitalistes

Brève
11/10/2019

À l'annonce de la fermeture de l'usine Michelin, les travailleurs de la Roche-sur-Yon ont dénoncé les mensonges de leur direction, qui leur avait imposé en 2016 un "pacte d'avenir". En échange d'une hausse de la productivité et du travail le week-end, le patron avait alors promis de maintenir les emplois, voire d'en créer. Michelin n'est pas le premier capitaliste à promettre cela en échange de sacrifices, on l'a vu chez Smart en Moselle, chez Continental à Compiègne...

Les capitalistes utilisent la peur du chômage pour faire accepter des dégradations de conditions de travail, d'horaires ou des baisses de salaires. La loi Macron a légalisé de tels chantages. L'exemple de Michelin montre, une nouvelle fois, que céder au chantage est un piège : les promesses de patrons n'ont pas plus de valeur que leur première chemise.

Troupes françaises, hors d’Afrique !

Brève
11/10/2019

Opération Barkhane

40 à 80 soldats maliens ont été tués dans la nuit du 1er octobre à la frontière du Burkina Faso, par un groupe djihadiste mis en déroute par l'intervention de forces aériennes françaises. Cet engagement particulièrement sanglant pour l'armée malienne a été remarqué. Mais les affrontements, les attentats et les exactions contre les populations sont quotidiens au Sahel et ils ne sont pas le fait des seuls groupes djihadistes : l'armée malienne protégée par les troupes françaises y prend sa part.

A l'heure où le gouvernement français dénonce l'offensive turque contre les Kurdes dans le nord de la Syrie, il est nécessaire de rappeler que l'armée française intervient au Sahel depuis cinq ans. Comme des dizaines d'autres interventions militaires que l'impérialisme français a menées en Afrique depuis des décennies, cette opération Barkhane ajoute du chaos à la barbarie que subit la population.

Le bacille de la peste brune

Brève
11/10/2019

Lundi 7 octobre, des graffitis anti-migrants et antisémites ont été découverts sur une mairie en Alsace. En Allemagne, mercredi 9, un homme se revendiquant d'extrême droite a abattu deux personnes dans un restaurant turc après avoir tenté d'entrer dans une synagogue pour provoquer un carnage. La haine des juifs et des étrangers, au nom de la protection de la nation et de la défense de la « race blanche », fait des ravages.

Les dirigeants politiques au pouvoir en Allemagne et en France ont condamné ces actes de façon unanime. Mais de la part de chefs d'État qui reprennent à leur compte les discours présentant les migrants et l'immigration comme « un problème », c'est d'un cynisme sans nom. Par leur politique anti-ouvrière et par leur démagogie contre les travailleurs immigrés, ils entretiennent la xénophobie, que d'autres traduisent par des actes criminels odieux.

Un immense détournement de fonds

Brève
10/10/2019

Les allègements de cotisations patronales se sont élevés à 52 milliards d'euros l'an dernier selon la Cour des comptes. Depuis 2013, ces allègements ont doublé grâce à la sollicitude de Hollande, puis de Macron, envers les gros patrons. Le « pacte de responsabilité » d'abord, puis le CICE, ont réduit de 26 milliards ce que versaient les entreprises. Supposés embaucher avec ces ristournes, les patrons ont pris l'argent et continuent de supprimer des milliers d'emplois.

Dans le même temps, sous prétexte que la Sécurité sociale serait à nouveau en déficit, le gouvernement réduit les indemnités de chômage et s'attaque aux retraites.

Les grands patrons sont des assistés, alors que pour financer l'accès aux soins pour tous, les indemnités de chômage et des pensions dignes, il faudrait commencer par stopper ces allégements de cotisations et continuer en prélevant sur les profits. Exactement l'inverse de la politique des gouvernements qui se succèdent à l'Élysée.

Revenu universel d'activité signifie prendre encore aux plus pauvres ?

Brève
10/10/2019

Le gouvernement lance une "consultation citoyenne" sur le revenu universel d'activité (RUA) qui fusionnerait les minima sociaux actuels. L'objectif du gouvernement est de "veiller à ce que chacun s'efforce réellement de retrouver une activité".

Des associations de personnes handicapées expriment à juste titre leur colère, choquées par cette politique du gouvernement, qui alimente l'idée que les personnes invalides, handicapées ou trop âgées qui reçoivent une allocation, ne seraient que des fainéantes. Pour tous ces politiciens bourgeois, recevoir une petite somme, insuffisante pour vivre, c'est encore trop.

Chaque attaque contre les minima sociaux ou les indemnités chômage concerne tous les travailleurs, car en visant une partie des classes populaires, le gouvernement contribue à tirer vers le bas les revenus et les salaires de tous.
 

EPR : opacité et mensonges permanents

Brève
10/10/2019

Chaque mois apporte sa nouvelle révélation sur les défaillances de l'EPR de Flamanville. Après l'acier du couvercle et des soudures défaillantes déjà noyées dans le béton, Edf a avoué en septembre que d'autres soudures étaient à refaire. Annoncé à 3,7 milliards d'euros, le coût atteint désormais 12,4 milliards. Prévue pour 2012, la mise en service est reportée à 2023... si elle a jamais lieu.

Les dirigeants d'Edf, des entreprises de la filière du nucléaire et de Bouygues, constructeur de la centrale nucléaire, prennent toutes les décisions en secret. L'autorité de sûreté nucléaire ou le gouvernement ne sont informés qu'après coût des défaillances, quand ils le sont. Les consommateurs paieront ; les travailleurs et les riverains de l'EPR prendront les risques. Tant qu'il y a des profits à faire, après eux le déluge !

Exploiteurs philanthropes

Brève
10/10/2019

Le fonds mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme s'est réuni à Lyon. Ces trois maladies tuent chaque année 2,5 millions d'êtres humains, essentiellement dans les pays pauvres. Du beau linge était présent : Bill Gates, Macron et neuf autres chefs d'État. Leur objectif était de lever 14 milliards de dollars pour les trois années à venir. Cela représente 5% de la fortune actuelle de Bernard Arnault, PDG du groupe de luxe LVMH, et 4% de celle de Bill Gates.

Les ONG qui combattent ces maladies disent qu'il faudrait près de 18 milliards pour arriver aux résultats fixés par l'OMS. Ces sommes sont dérisoires par rapport aux fortunes des milliardaires, accumulées grâce à l’exploitation du travail humain d’un bout à l’autre de la planète.

Comme le formulait déjà, en 1887, le militant ouvrier Paul Lafargue, « la philanthropie, c’est voler en grand et restituer en petit ». Pour une vraie restitution, il faudra exproprier cette poignée de milliardaires.

Mourir sur les chantiers du Qatar

Brève
09/10/2019

Au Qatar, des centaines de milliers de travailleurs venus du Népal, d'Inde ou du Pakistan, construisent les stades, routes et hôtels en vue de la Coupe du monde de football 2022. Ils y travaillent sous des températures qui frôlent les 45° Celsius. Les autorités dites de santé du Qatar ont bien interdit le travail entre 11h30 et 15h, mais elles ne font rien pour que cela soit respecté.

Entre 2012 et 2018, plus de 2700 ouvriers sont morts. Ils ont été tués non pas tant par la chaleur que par l'exploitation, avec la complicité des dirigeants de la FIFA et des grandes puissances, qui défendent les intérêts des grands groupes du BTP, comme le français Vinci.

Imprimer txt