Brèves

Afghanistan, la France veut faire croire au retour de la démocratie.

Brève
21/10/2009

En Afghanistan, lors des dernières élections présidentielles, les fraudes ont été si massives que le président sortant Hamid Karzaï a été contraint d'accepter un second tour.

Ces élections sont une tromperie pour faire croire à la légitimité du pouvoir et pour faire croire ici aussi que la présence des armées occidentales, dont celle de la France, est un garant de démocratie.

Mais tout cela est faux. Comment peut-on parler de démocratie dans un pays occupé par des armées étrangères, soumis à la présence de bandes armées et dont la population sombre dans la misère ?

L’État français complice du génocide au Rwanda

Brève
20/10/2009

Pendant des années l'État français a protégé un médecin rwandais accusé d'avoir participé au génocide en 1994. Ce médecin travaillait depuis à l'hôpital de Maubeuge, alors qu'il était recherché par Interpol.

Il a droit bien sûr à la présomption d'innocence. Mais il a visiblement eu bien plus de possibilités que beaucoup d'autres réfugiés rwandais pour faire régulariser sa situation en France. Et on ne peut pas oublier qu'au moment du génocide, la France avait été complice des assassins. À l'époque, c'était la cohabitation : Mitterrand était président et Balladur premier ministre. Et ils étaient tout à fait d'accord sur la façon de défendre les intérêts capitalistes français au Rwanda et dans les pays limitrophes comme l'ex-Zaïre. Le pouvoir français a soutenu et armé jusqu'au bout le pouvoir rwandais pendant qu'il orchestrait le massacre de 800 000 Tutsis et opposants.

Depuis, l'État français nie son implication et ses responsabilités. Mais personne n'est dupe.

Pour les droits des femmes

Brève
20/10/2009

À Paris, a eu lieu samedi dernier une manifestation pour les droits des femmes.

Les inégalités de salaires entre hommes et femmes n'ont pas diminué, au contraire. La crise économique entraîne même une accentuation de ces inégalités.

Et puis, même les droits acquis sont constamment remis en cause. En France, ces derniers temps, de nombreux centres IVG ont dû fermer, comme celui de Lyon qui accueillait plus de 2000 femmes par ans. Enfin, au même moment, en Espagne, l'Église catholique a organisé une manifestation anti-avortement.

Tous cela montre que du point de vue du droit des femmes rien n'est définitivement acquis et que la remontée des idées réactionnaires est une réelle menace.

Sarkozy tente de sauver un emploi : le sien !

Brève
17/10/2009

Sarkozy est donc retourné hier à Gandrange, en Moselle, pour essayer de corriger l'image de baratineur qui lui colle trop à la peau à son goût.

Mais bien entendu si le président accorde une attention particulière à sa cote de popularité, il ne change absolument pas sa politique de soutien à la grande bourgeoisie.

Les travailleurs au chômage, à Gandrange où l'usine sidérurgique a bel et bien fermé, et partout dans le pays, le savent bien.

Des profits qui mènent à la crise

Brève
17/10/2009

Les 23 plus grosses banques et fonds d'investissements américains ont fait 437 milliards de dollars de profits au cours de l'année fiscale 2009 qui vient de s'achever aux USA. C'est 26 % de plus qu'en 2007, année déjà record en terme de profits... et de spéculation.

Car c'est cette activité spéculatrice, en plein boom bien qu'elle soit totalement parasitaire et extrêmement destructrice, qui explique cette masse de profits complètement inutiles à la population.

La grande bourgeoisie, et les États qui soutiennent son contrôle sur l'économie, ne peuvent que mener l'humanité à la catastrophe économique.

Un bon gendarme, c’est le doigt sur la couture du pantalon

Brève
17/10/2009

Un officier de gendarmerie est en passe d'être révoqué pour quelques critiques sur l'organisation actuelle de la gendarmerie et son rapprochement avec la police. Les gendarmes, militaires, n'ont officiellement pas le droit de critique. Réfléchir, c'est commencer à désobéir !

La hiérarchie ne veut pas de gêneurs potentiels dans les forces de répression, alors qu'elle sait être indulgente dans d'autres cas. Les gendarmes qui, il y a quelques années, avaient mis de nuit le feu à une paillotte en Corse, agissant en voyous, mais sur ordre du préfet, n'avaient pas été sanctionnés.

Destruction d'emplois

Brève
15/10/2009

L'entreprise géante Rio Tinto, spécialisée dans la prospection, l'extraction et la transformation des minerais sur les cinq continents, se porte bien malgré le recul des prix des matières premières, surtout de l'aluminium.

Ses profits au premier semestre 2009, à peine en baisse, restent élevés à 2,6 milliards de dollars et elle garanti à ses actionnaires 2 milliards de dollars de dividendes quels que soient les résultats des années à venir.

Pour enrichir toujours plus ses actionnaires, quelle que soit la profondeur de la crise générale de l'économie, Rio Tinto vient d'annoncer la suppression de 350 emplois sur les 2 500 salariés que comptent ses sept sites traitant l'aluminium en France.

Augmenter le nombre de chômeurs pour enrichir encore davantage les actionnaires, c'est cela la logique du capitalisme.

Étranglés par l'endettement

Brève
14/10/2009

Selon la banque de France, le nombre de dossiers de surendettement pour les 9 premiers mois de l'année a augmenté de 20 %. Et l'endettement moyen par ménage a augmenté de 15 %

Cela illustre la situation dramatique du monde du travail victime du chômage. Car il n'y a que la bourgeoisie et ses entreprises qui reçoivent des milliards en cadeaux, sans jamais avoir à les rembourser.

Et cela juge des discours sur la crise tellement à la mode des politiciens et des économistes qui prétendent qu'elle appartient au passé.

TVA : l’État arrose, les restaurateurs se sucrent

Brève
14/10/2009

D'après un rapport récent de la Cour des comptes, malgré leurs promesses, la plupart des restaurateurs n'ont ni réduit leurs prix en échange de la baisse de la TVA, ni embauché. Quant aux augmentations de salaire, « les négociations sont au point mort ». Les représentants des syndicats de restaurateurs sont convoqués aujourd'hui à Bercy. Ils en tremblent : « on verra fin décembre », dit l'un d'entre eux. Et à la Saint-Glinglin ?

Question à cent sous : qui a le plus menti dans cette affaire ? Les patrons de la restauration ou les politiciens qui, de Chirac à Sarkozy, ont présenté ce cadeau à leur électorat comme une mesure favorable aux salariés et aux consommateurs ?

Imprimer txt