Brèves

La traite des chômeurs

Brève
28/01/2010

Pour faire face à l'afflux de chômeurs provoqué par tous les licenciements sans embaucher de conseillers à Pôle emploi, le gouvernement a sous-traité le suivi de plus de 320 000 chômeurs à des sociétés privées. Une aubaine à 425 millions d'euros pour ces agences.

Manpower, l'un des lauréats, peut ainsi compenser la chute du travail temporaire. Selon une note interne citée par le quotidien Aujourd'hui, chaque conseiller devrait « rapporter 46 739 € de marge à son agence ». Pour obtenir un tel profit, Manpower recrute des conseillers précaires, mal payés et ne propose aux chômeurs que des offres disponibles sur le site de Pôle emploi...

En temps de crise, les négriers du travail temporaire deviennent les négriers du chômage.

Des experts en service commandé ?

Brève
27/01/2010

Une récente enquête du Parisien fait état des liens entre les experts de la grippe A siégeant à l'OMS ou dans le comité de Roselyne Bachelot et les laboratoires pharmaceutiques. La plupart de ces scientifiques que l'on présente comme « indépendants » ont une partie de leurs revenus assurées par des trusts comme Roche par exemple qui fabrique le Tamiflu utilisé contre la grippe A, Merck, produisant lui aussi des médicaments contre la grippe, ou encore comme GSK, Sanofi, Baxter ou Novartis, fabricants des vaccins contre la grippe A !

De là, à penser que ces experts n'étaient pas vraiment objectifs... mais c'est comme ça dans le système capitaliste.

Total raffine des milliards

Brève
27/01/2010

Total envisage la fermeture de sa raffinerie de Dunkerque où travaillent 370 salariés du groupe et 450 sous-traitants. Les marges de raffinage ne seraient plus assez importantes, prétend Total.

L'an dernier, déjà, Total avait décidé de supprimer 550 postes dans le raffinage juste après avoir annoncé un bénéfice record de 14 milliards.

En réponse à l'appétit des actionnaires qui veulent maintenir leurs profits malgré la crise, les travailleurs ont voté la grève jusqu'au 1er février.

Proglio : pas folle, la guêpe

Brève
27/01/2010

Après le mini-scandale déclenché par son double salaire à deux millions d'euros par an, le patron d'EDF et de Véolia Henri Proglio a très spontanément (un peu poussé par son ami Sarkozy quand même) annoncé qu'il renonçait à la double rémunération. Il a donc renoncé aux 400 000 euros que lui verse Veolia. Décision que toute la droite a trouvé admirable.

Mais qu'on se rassure : entre sa rémunération de PDG d'EDF, les jetons de présence qu'il touche pour sa participation à différents conseils d'administration d'autres sociétés, les dividendes de ses actions, ses stock-options et autres bricoles, Proglio n'aura pas besoin d'avoir recours à la soupe populaire !

Welcome…

Brève
26/01/2010

A peine découverts, les 124 Kurdes abandonnées en Corse ce week-end, dont des enfants et des femmes enceintes, ont été internés dans divers centres de rétention du pays par le ministre de l'Immigration. Leurs droits élémentaires ont été si ouvertement bafoués que les juges des libertés et de la détention les ont libérés les uns après les autres.

Interrogé, Éric Besson, a répété que les centres d'accueil étaient les lieux les plus adaptés et même les plus humanitaires pour accueillir ces réfugiés en leur permettant d'être examinés par un médecin et accompagnés d'un interprète.

Remplacer un hôpital ou un centre d'accueil par une prison gardée par la police, c'est sa façon de leur souhaiter la bienvenue dans le pays qui se prétend le pays des « Droits de l'homme ».

Obama et sa réforme financière : cause toujours

Brève
26/01/2010

Face à la colère provoquée par l'annonce des profits éhontés des banques tout juste un an à peine après leur sauvetage par des capitaux publics, Obama a annoncé une réforme du secteur financier.

Oh, il n'a pas parlé de les exproprier, juste de limiter un peu la taille de certains établissements et certaines formes de spéculation. Ces déclarations, qui restent de simples discours, ont fait chuter (un peu) les actions des principales banques de la planète et hurler par avance les banquiers.

Depuis le début de la crise, tous les dirigeants de la planète répètent, G20 après G20, qu'il faut « encadrer le capitalisme » ou « contrôler les excès de la finance ». Ils sont tellement efficaces que la spéculation est repartie de plus belle et que les profits des banques explosent.

Sarkozy exige, le Parlement dispose

Brève
21/01/2010

En juillet dernier, la Cour des comptes avait pointé du doigt les dépenses exorbitantes de l'Élysée en matière de sondages, et notamment un étrange contrat liant l'Élysée à un cabinet de sondage appartenant... à un conseiller personnel de Sarkozy.

L'opposition a demandé une enquête parlementaire sur ce sujet. Mais les députés UMP viennent de voter hier, très opportunément, un amendement excluant les services de la présidence de toute enquête de ce genre.

Quand on est président et qu'on veut dissimuler certaines pratiques, c'est toujours pratique d'avoir quelques dizaines de députés à sa botte.

Proglio : travailler plus pour gagner plus

Brève
21/01/2010

L'affaire du double salaire d'Henri Proglio, patron à la fois d'EDF et de Veolia, fait des remous. Le-dit Proglio devrait toucher quelque 2 millions d'euros de salaire annuel, en cumulant ses deux rémunérations. Sa rémunération chez EDF étant fixée par l'État, cette affaire a mis quelques ministres dans l'embarras.

Elle a aussi permis à certain d'entre eux de se surpasser : comme la ministre Lagarde qui s'est quelque peu emmêlée les pinceaux en déclarant que Proglio consacrera « un peu de son temps à Veolia », et « 100 % de son temps chez EDF ».

« 100 % de temps » plus « un peu de temps », c'est vrai que ça fait beaucoup de temps.

Retraites : Aubry d’accord avec Sarkozy

Brève
20/01/2010

La principale responsable du PS, Martine Aubry, a déclaré sur LCI qu'elle était favorable à un recul de l'âge de la retraite, « à 61 ou 62 ans ». L'âge légal de départ à la retraite a déjà été mis à mal par l'augmentation de la durée de cotisation imposée aux travailleurs, qui retardent leur départ pour ne pas être obligés de vivre avec une pension trop faible.

Après avoir préparé les attaques de la droite contre les retraites, quand il était au gouvernement, voilà maintenant que le PS reprend l'idée de supprimer la retraite à 60 ans. Avec une « gauche » comme ça, les patrons n'ont pas besoin de droite !

Imprimer txt